Contre Apple, Bill Gates se range du côté du FBI

Bill Gates

Dans la bataille que livre actuellement Apple contre le gouvernement américain, et le FBI plus particulièrement - pour ne pas avoir à laisser une porte dérobée dans ses appareils iOS -, les géants de l'IT ne pouvaient rester sans s'exprimer. Sundar Pichai, Google, s'est rangé du côté d'Apple, mais Bill Gates, lui, rejoint le camp du FBI.

Le cofondateur et ancien PDG de Microsoft a donc pris sa décision. Interrogé par le Financial Times, Bill Gates a déclaré que les entreprises devraient être contraintes d’aider les autorités dans leurs enquêtes contre le terrorisme : « C’est une affaire très particulière où le gouvernement demande un accès l’information. Ils ne demandent pas quelque chose de très général, ils font cette demande dans ce contexte très particulier. » Et de poursuivre : « C’est comparable au fait de savoir si l’on peut demander à un opérateur téléphonique des données personnelles concernant un numéro de téléphone, à une banque des informations concernant un compte.« 

Apple, de son côté, continue de résister à la pression des autorités, mettant en avant le danger que pourrait représenter une telle brèche dans la sécurité de ses appareils, exposant de fait un nombre incalculable de clients à des risques certains. À noter, il semblerait que le Département de la Justice demande à la firme de Cupertino un accès aux données d’une dizaine d’autres appareils, dont certains, selon le Wall Street Journal, ne seraient pas liés à une affaire de terrorisme.

Pour l’heure, Apple peut compter sur le soutien, on l’a dit, de Sundar Pichai de Google, mais aussi de Mark Zuckerberg (Facebook) et Jack Dorsey (Twitter). L’Union américaine pour les libertés civiles et l’ONG Electronic Frontier Foundation ont aussi affirmé publiquement se ranger du côté de Tim Cook.

Sans ouvrir grand la porte, Bill Gates terminait en évoquant la possibilité d’encadrer au maximum cet accès aux données privées : « J’espère que nous pourrons en débattre pour que des garde-fous puissent être mis en place et que les gens – pays par pays – ne disent pas du but en blanc que c’est mieux que le gouvernement n’ait accès à rien.« 

Tags :Via :Cnet
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Bon, il faut dire qu’avec un windows 10 « NSA Ready », ce n’est guère étonnant. Pourtant, j’avoue, je suis du genre à aimer taper sur Apple et leur politique mais là, Tim Cook a raison, donner des backdoors à un gouvernement, tel qu’il soit, est le début d’une ère à la 1984 d’Orwell.

    1. Parce q tu crois que Apple, Google e autres, ne sont pas « NSA Ready » comme tu dis ? Plus pense qu’il me se gavent pas avec tes données ? La seul différence c’est que sur Wimdows, tu peux désactiver se sucage de données intempestif ! Après il reste la solution ultime, celle que j’ai choisi, Linux !
      Maintenant le problème dans cette affaire est de savoir qui est de mauvaise foie…le FBI qui cherche à se procurer une porte dérobée, qui lui donnerai accès à beaucoup de iPhone crypté et qui de ce fait obligerait les autres marques à faire de même ou bien Apple qui me veut pas coopérer pour faire croire à ces utilisateurs que leurs données sont en sécurité (ce qui faux)…Affaire à suivre..!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité