Finalement, point de fusion entre Bouygues Telecom et Orange

Orange Bouygues Telecom

Décidément, le marché des opérateurs télécom français est bien difficile à faire bouger. La tentative de rachat du quatrième opérateur Bouygues Telecom par le leader Orange n'aura finalement pas lieu. Les conseils d'administration des deux entités ont officialisé ce Vendredi soir l'échec de leur rapprochement.

C’est donc le quatrième échec de rachat en deux ans. Et il s’en est fallu de très peu, cette fois. Le conseil d’administration de Bouygues Telecom a voté à l’unanimité contre le rachat. Et la surprise est de taille pour Stéphane Richard, PDG d’Orange, lui qui estimait à « 50-50 » les chances d’aboutir au rachat tant convoité.

Malheureusement, les fiançailles n’auront duré que trois mois. De nombreux obstacles auront eu raison de ce rapprochement : les 10 milliards de dollars exigés par Martin Bouygues, tout d’abord. Pour l’État, actuel actionnaire majoritaire d’Orange, c’était un trop grand risque. L’État craignait aussi une « bollorisation », autrement dit, que Martin Bouygues ne puisse trop influer au sein de cette nouvelle entité. Avaient donc été ajoutées à cette alliance de nombreuses clauses « sécurisantes ».

Autre point qui aura fait échouer cette tentative, la décision de Xavier Niel de faire encore monter les enchères dans les derniers jours, réclamant notamment davantage de temps dans son contrat d’itinérance avec Orange…

Tout ceci finalement sans aucune garantie de voir le rapprochement avalisé par les hautes instances : « Un accord entre l’État, Bouygues Telecom et Orange d’une part, Orange, SFR et Free d’autre part, n’était jamais que la première étape d’un long processus qui présentait toujours un risque élevé de ne pas aboutir. » Pour information, en Angleterre et en Italie, le passage de quatre à trois opérateurs est toujours incertains, et il n’est pas question, dans les deux cas, de rachat…

Tags :Via :Libération
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Je suis rassuré en tant que client Orange et Free.
    Je préfère qu’Orange prenne des PdM grâce à son innovation, ses offres commerciales et sa capacité à créer de nouveaux réseaux, plutôt que par des fusions/acquisitions bancales contrôlées par l’Etat.
    Je n’ai pas hésité à troquer mon forfait mobile à 70€/mois contre le même à 3€/mois et cela n’est possible que grâce à la concurrence !

  2. Décidément, le marché des opérateurs télécom français est bien difficile à faire bouger. Ah CA C’est une accroche….et l’arrivée de Free c’était quoi?

  3. Faire bouger le marcher des telecommunications par une regression de la concurrence, je vois pas l’intérêt. Heureusement c’est pas pour cette fois-ci. Il suffit de voire le rapprochement SFR/Numéricâble/Virgin mobile, une catastrophe pour les clients et les employés. Augmentation des tarifs, qualité du réseau en baisse et mépris du client…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité