Valérie Pécresse compare le jeu vidéo à l’alcool et à la drogue

Valérie Pécresse

C'est une habitude de nos personnalités politiques dont on se passerait bien : l'amalgame. Il revient très fréquemment lorsqu'il est question du jeu vidéo. Cette fois, c'est Valérie Pécresse, présidente du conseil régional d'Île-de-France, qui fait encore le raccourci, comparant le jeu vidéo à l'alcool et à la drogue.

Elle était interrogée par France Inter sur son projet d’instaurer des tests salivaires dans les lycées pour détecter la drogue. Et le jeu vidéo est arrivé sur le tapis :

Il y a un fléau en Ile-de-France, c’est le décrochage scolaire. A la racine de ce fléau, mettons des mots : des addictions, la drogue, l’alcool, et les jeux vidéo, qui sont une autre forme d’addiction.

Selon elle, le jeu vidéo est une addiction, aussi dangereuse que l’alcool et la drogue. Pourtant, comme le souligne de Conseil économique social et environnemental :

Dans les classifications internationales, l’usage excessif des écrans, des jeux vidéo, d’Internet, des réseaux sociaux n’est pas qualifié d’addiction, mais de « pratiques pathologiques ». En effet, une pratique excessive liée à ces technologies à un moment donné de l’existence ne génère ni risque de dépendance ultérieure, ni nécessité de sevrage.

Alors certes, il y a de très rares cas extrêmes où cela tourne véritablement à l’addiction pure et dure, mais souvent sont aussi en cause des facteurs extérieurs. Il convient aussi de faire preuve de bon sens : GTA n’a rien à faire entre les mains d’un enfant de 10 ans, la norme PEGI est là pour cela (normalement), mais en cas de problème, c’est l’adulte qui a permis cette situation qui devrait être tenu pour responsable, non ?

Valérie Pécresse a en tout cas rapidement tenu à expliciter son propos : « On parlait de décrochage scolaire dans les lycées. C’est tout. J’ai listé une série de problèmes qui conduisaient au décrochage scolaire. Et dans le tas, il y avait effectivement les pratiques liées aux écrans et aux jeux vidéo. » Et de rappeler rapidement qu’elle aime le jeu vidéo – elle a notamment œuvré à sa démocratisation lorsqu’elle était conseillère de Jacques Chirac, elle défend aussi les emplois qu’il crée, notamment en Île-de-France -.

Le problème, a-t-elle plusieurs fois rappelé, n’est pas le jeu vidéo en lui-même, c’est le jeu, et les abus qui peuvent en découler, privant parfois le joueur de son entourage, de sortie, de sport, etc. C’est avec ces conséquences qu’elle a effectué la comparaison avec l’alcool et la drogue. Le propos était maladroit mais l’amalgame n’est pas fait, dans la tête de Valérie Pécresse, tout du moins.

Tags :Via :HiTek
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. C’est comparable, comme toute forme d’addiction, l’important c’est d’être modéré, ça peut être aussi périodique pour pallier à un stress.
    Les jeux vidéo permettent aussi d’augmenter diverses capacités, il est fort probable que dans un futur proche, les personnes ayant ces talents intègrent plus facilement des métiers en venir.
    Au lieu de critiquer ce phénomène grandissant, essayons plutôt d’en tirer parti en facilitant la création de diplômés
    et d’entreprise qui ferait du manger / bouger/jouer plus attractif.

  2. en 2 mots Pécresse …

    tant que les veaux préfèrent être dirigés par des idiots de ce genre là, ils ont pas trop à se plaindre,

    le pire arrive en plus, car après les jeux vidéo et la drogue, les plus jeunes ont en plus le droit de se faire laver le cerveau avec les théories du genre désormais.

    1. Il n’y pas de théorie du genre mais d’étude sur le genre … Des études expérimentale impliquant groupe contrôle et témoin…

      On ne peut pas mélanger opinion et fait…

  3. Au lieu de parler de jeux vidéos madame Pecresse, tu ferais plutôt mieux de parler de Facebook, parce que là il y a une VRAIE dépendance (et oui difficile à y croire mais pourtant si réel)

  4. Celle là, lors de sa venue au Japon en tant que ministre de l’enseignement supérieur, elle n’a même pas passé de temps avec les français de l’étranger, lu en phonétique un texte en Japonais pour nous rappeler qu’elle avait fait 30 heures de japonais à HEC et donc qu’elle le parlait couramment…
    Bref une élite de plus qui trahitra le peuple francilien qui a fait la bêtise de voter pour elle plutôt que de boycotter ces élections fantoches et de prendre le pouvoir

  5. Quand j’était plus jeune, ont nous faisaient croire que fumé un cigarette nous mènerais à fumer du cannabis, qui lui même me ferais prendre du crack puis patati patata…

  6. Euh…de toute façon qui de nos jours ne se souci de ce que pense ce clébard de Sarkozy?
    Comme l’intégralité de la classe politique (sauf Jacques Cheminade), elle ne comprend rien à l’avenir, elle serait capable de décrire sa ligne politique comme étant gaulliste car elle ne connaît strictement rien d’autre. Ce qu’ils savent faire en revanche, c’est matraquer d’idées préconçues la génération pré-Internet, la génération TV/mass-média mais profitez-en tant que c’est encore possible, ordures!

  7. Moi c’est valérie qui me fait l’effet d’une drogue. Je suis accro. Non, je plaisante. Ce serait plutôt l’effet d’un retour d’acide.

  8. Citation de Pécresse :
    « Il y aura un Patriot Act à la française ! »
    2 semaines plus tard, même personnage :
    « Le Patriot Act ? Je ne sais même pas ce qu’il y a dedans ! »
    Je pense que ça suffit pour illustrer le personnage…
    Beauf catégorie 3000 quoi…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité