Test : HTC Vive

HTC Vive

La réalité virtuelle a déjà reçu des milliards de dollars d'investissement, les choses avancent rapidement. Le HTC Vive est l'une des deux principales options pour les utilisateurs PC, l'autre étant l'Oculus Rift. Nous avons utilisé le HTC Vive deux semaines durant, testé des dizaines d'applications en réalité virtuelle et nous sommes fin prêts à partager notre avis et à évoquer d'autres alternatives possibles.

Est-ce que ça marche bien ? Est-ce que de très bonne qualité ? Est-ce que ça vous rendra malade ? Pour qui est-ce au juste ? Ce ne sont que quelques-unes des questions auxquelles nous vous proposons de répondre, ainsi que certaines informations concernant votre propre expérience avec le HTC Vive. Pour commencer ce test, je voudrais tout d’abord vous montrer une petite démonstration de ce que la réalité virtuelle peut faire, j’ai enregistré une session de jeu avec VR Archery : Longbow Shootout.

Logiciel : SteamVR

Puisque tout est conçu pour tourner sur SteamVR, vous aurez besoin d’un compte Steam et d’installer Steam sur votre machine. Je vous recommande de le faire dès que vous savez que votre HTC Vive a été expédié, vous gagnerez du temps une fois que le colis sera dans votre boîte aux lettres.

Pour que la recherche d’applications en réalité virtuelle soit plus simple, il y a un filtre qui vous permettra de naviguer facilement. Pour l’heure, il n’y a pas de vidéos à 360° faisant office de « trailers », mais ce serait vraiment une bonne chose parce que la description n’aide pas franchement, et il n’est pas franchement possible de faire une recherche sur YouTube une fois que vous avez le casque sur le nez.

Vous pouvez même télécharger/pré-installer les jeux avant d’avoir le casque. Comme cela, vous pourrez jouer immédiatement.

Suivi de mouvement et zone de jeu

Lorsque vous ouvrez la boîte du HTC Vive, certaines pièces peuvent paraître impressionnantes mais c’est plutôt facile en fait si vous faites les choses comme il faut. Il y a de nombreuses pièces séparées parce que le Vive embarque tout ce qu’il faut, y compris les deux capteurs et les deux manettes.

Le Vive offre plusieurs scénarios d’utilisation : assis, dans une petite zone (« debout uniquement ») et dans une grande zone (« à l’échelle d’une pièce »). Si vous avez une grande pièce à disposition, c’est préférable, l’immersion n’en sera que meilleure.

HTC Vive

La réalité, c’est que la plupart des gens n’ont pas de pièce dédiée à la réalité virtuelle. Le HTC Vive peut vous suivre dans une zone de 4,5 x 4,5 mètres (20 mètres carrés), la plus grande disponible actuellement. L’Oculus Rift peut vous suivre dans 1,5 x 3,3 m et le PS VR dans 2,4 x 1,8 mètres. Dans mon cas, j’avais 2,7 x 2,7 mètres à disposition.

Ne vous inquiétez pas trop de la taille. Oui, il y a des cas où pouvoir se déplacer offre bien davantage d’immersion (jeux d’aventure, découverte de lieux) mais la plupart des contenus en réalité virtuelle d’aujourd’hui ne requièrent que peu, ou très peu de déplacement. Toutes les applications ont une fonction de « téléportation » permettant aux utilisateurs de se déplacer dans le monde virtuel. Ceci dit, pouvoir se déplacer assez librement améliore sensiblement l’expérience, selon le jeu.

HTC Vive

Le Vive est livré avec deux capteurs laser qui suivront les mouvements de vos manettes (vos mains) et votre casque. Cette méthode permet à HTC de vous suivre sur tous les côtés, les capteurs devant être placés à l’opposé de votre zone de jeu. Et parce qu’il y en a deux, le système ne devrait pas pouvoir vous perdre même si l’une des manettes est hors de portée – derrière votre corps, par exemple -.

Ces capteurs sont livrés avec leurs supports de fixation pour une installation définitive au mur, mais dans notre cas, j’ai utilisé des trépieds et et me suis servi des accroches standard embarquées (2 par capteur).

Les capteurs pourraient aussi être posés sur une étagère ou n’importe où ailleurs dans votre pièce. Il vous faudra probablement tester plusieurs configurations mais l’idée est que votre tête et vos mains soient toujours à portée d’un des capteurs. SteamVR vous indiquera si tout fonctionne.

Les instructions d’installation dans la boîte sont faciles à suivre. La seule chose à laquelle il faut payer attention, c’est que, bien que les trois transformateurs 12V (2 pour les capteurs, 1 pour le casque avec environ 3 mètres de câble) se ressemblent, l’ampérage n’est pas le même. Faites bien attention à bien les brancher. Je ne pense pas que vous puissiez endommager quoi que ce soit, mais un appareil sous-alimenté pourrait ne pas fonctionner correctement.

Le casque de réalité virtuelle

HTC Vive

En connectant le tout, vous brancherez nécessairement l’alimentation du casque sur votre machine. Votre PC détectera le branchement et installera les pilotes directement. Vous aurez peut-être ensuite quelques mises à jour à faire, mais l’installation se passe sans aucun problème sur une machine « VR-ready ».

Une fois les pilotes installés, vous pouvez lancer Steam puis SteamVR, avec le logo VR en haut à droit de la fenêtre Steam, ou depuis l’icône rapide, à côté de l’horloge. Le casque devrait alors afficher une zone grise vide montrant un sol virtuel et la localisation des capteurs dans la pièce.

Le casque de réalité virtuelle HTC Vive est très bien fini. Il paraît bien plus solide que les Oculus Rift et PlayStation VR. Il est aussi un peu plus lourd, sans pour autant que l’on ait à se plaindre de son poids.

HTC Vive

L’écran OLED peut afficher 2 160 x 1 200 pixels avec un taux de rafraîchissement de 90 Hz. Ceci est considéré comme le minimum pour éviter le mal des transports que pourrait induire la réalité virtuelle. Mais pour pouvoir jouer à 90 fps, il vous faudra un ordinateur puissant.

Le champ de vision du Vive est de 110°, tout comme l’Oculus Rift, mais on a l’impression que le Vive est légèrement plus immersif. Ceci est probablement dû aux différents ratios utilisés. Finalement, la différence n’est pas flagrante, ce n’est pas un facteur influant.

HTC Vive

J’ai trouvé le casque facile à ajuster. Peut-être parce que j’ai le crâne rasé… J’ai entendu plusieurs personnes s’en plaindre, mais je ne vois pas vraiment où est le problème. Je l’ai fait testé à d’autres et en général, l’utilisateur trouve à le positionner au mieux.

Sur la droite du casque, il y a un bouton pour gérer la distance entre vos yeux. Cela affecte directement la clarté globale, même si la plupart des gens ne s’en soucient pas trop. Vous pourriez vouloir l’affiner si vous avez l’intention de faire de longues sessions, mais je n’y touche généralement pas, même si d’autres personnes utilisent ce casque.

Le HTC Vive a aussi une caméra frontale intégrée à l’avant du casque. Celle-ci offre de nombreuses possibilités, notamment un mode permettant de voir l’environnement réel sans enlever le casque, éliminant de fait l’un des points noirs de la réalité virtuelle. Il serait alors aussi possible de profiter de la réalité augmentée, mais je n’ai encore rien vu de bien concluant.

Les manettes

HTC Vive

Le HTC Vive est livré avec deux manettes dans sa boîte. C’est important pour deux raisons : les développeurs peuvent compter dessus et la réalité virtuelle est bien plus intéressante quand vous pouvez attraper et interagir avec les objets virtuels.

La possibilité d’utiliser ses mains pour interagir avec une application de réalité virtuelle fait toute la différence entre être spectateur d’un monde virtuel et en faire partie. C’est très important pour tous ceux qui n’auraient pas encore essayé la réalité virtuelle.

Oculus ne livre son casque qu’avec une manette Xbox par défaut (les manettes dédiées à l’Oculus Rift existent, elles seront « bientôt » livrées), et c’est suffisant pour certains jeux. D’autres offrent un bien meilleur niveau d’immersion dès lors que vous pouvez utiliser vos bras : tirer à l’arc, utiliser un bouclier, et bien davantage.

Les manettes sont très bien pensées, et même si elles peuvent paraître un peu grandes, je les ai trouvées très intuitive à l’usage. Après quelques minutes d’utilisation, on s’y fait complètement.

L’expérience de réalité virtuelle

La meilleure description serait de dire que c’est comme être dans un autre monde dans un casque de plongée. La zone principale de votre vision (ce à quoi vous payez attention) est représenté par les applications actuelles de réalité virtuelle, mais votre vision périphérique…

HTC Vive

L’Homme a un champ de vision plus large que ce que vous pouvez penser. Vous pouvez vous en rendre compte en regardant droit devant vous et en déplaçant vos mains de chaque côté de votre tête – vous percevrez les mouvements, sans distinguer les détails -. Une immersion parfaite devrait couvrir au moins tout l’hémisphère devant vous.

L’immersion est très bonne et très naturelle. Même quelqu’un sans aucune expérience du jeu vidéo ni affinité particulière avec la réalité virtuelle sera impressionné par ce niveau d’immersion et la manière dont vous êtes connecté avec l’environnement virtuel.

Avec le Vive, le fait de pouvoir attraper ou pousser les choses avec vos mains rend le tout vraiment meilleur. Valve a quelques très bonnes mini-applications pour vanter les différents aspects de la réalité virtuelle : jeu, éducation, découverte, voyage virtuel. Le potentiel est énorme.

Serez-vous malade ?

On me pose souvent cette question parce que la réalité virtuelle a une mauvaise réputation avec le mal des transports. Tout d’abord, il est important de comprendre pourquoi la réalité virtuelle peut causer ce mal. Votre corps a de nombreux capteurs et, dans ce cas, les yeux et l’oreille interne – responsable de l’équilibre – sont essentiels à la perception du monde réel.

Si ce que vous voyez ne correspond pas à ce que votre sens de l’équilibre vous indique, votre cerveau est perturbé et vous pouvez être malade. Ce mal peut arriver pour deux raisons : le suivi du mouvement de la tête est mauvais – dans ce cas, il faut l’améliorer – ou il y a un lag entre le mouvement physique et le rendu visuel – solution, réduire cette latence au maximum -.

Aucune des personnes qui ont testé le Vive dans notre bureau n’était malade, ce qui est plutôt rassurant. Mais il serait bon d’avoir des statistiques réelles.

À la fin de la journée, certaines personnes ne se sentent effectivement pas bien, et il n’y a aucune garantie que vous n’en fassiez pas partie – à moins d’essayer. Mon conseil, essayez la réalité virtuelle – mais pas avec un casque de mauvaise qualité – pour être sûr. Je recommande le Samsung GearVR pour une expérience basique et l’Oculus Rift ou le HTC Vive pour le haut de gamme. Ces trois casques devraient vous permettre de déterminer si vous êtes malade ou pas.

Combien de temps pouvez-vous jouer ?

En partant du principe que vous ne serez immédiatement malade, on peut se demander « combien de temps peut-on jouer avant d’être fatigué, d’avoir mal aux yeux ? ». C’est une bonne question. Là encore, les expériences précédentes – notamment avec les téléviseurs 3D – nous ont montré que ces symptômes étaient tout à fait plausibles, la question est légitime.

Dans mon cas, la réalité virtuelle me fatigue « un peu » les yeux, mais beaucoup moins que la télé ou le cinéma 3D. Quand je vais voir un film en 3D au cinéma, il faut toujours que j’enlève mes lunettes durant plusieurs minutes et ce plusieurs fois.

Avec la réalité virtuelle, j’ai pu jouer entre une heure et une heure et demie et me remettre à travailler immédiatement. Je pense que je pourrais jouer plus longtemps parce que je ne me sens pas « fatigué », mais je n’ai pas le temps de le faire. Encore quelque chose à vérifier avec la sortie de nouveaux jeux.

Après avoir joué un bout de temps (plus de 45 minutes), on a une petite sensation de légèreté en passant de la réalité virtuelle à la réalité, pendant environ 5 minutes. C’est probablement parce que les casques de réalité virtuelle ne synchronisent pas encore parfaitement la vision et l’équilibre. Et les yeux font leur mise au point constamment à l’infini alors que l’écran n’est qu’à quelques centimètres d’eux.

Votre expérience peut être différente mais j’ai passé un certain temps sur des forums à discuter avec des développeurs qui gèrent cela au quotidien et je n’ai vu aucun signe de fatigue générale liée à l’utilisation de la réalité virtuelle pendant une ou deux heures par jour.

Une possible expérience sociale

Avec SteamVR, il y a une option pour reproduire l’affichage sur l’écran de l’ordinateur. Vous pourrez donc tout à fait montrer ce que vous voyez dans le casque sur l’écran. Et c’est intéressant dans de nombreux cas.

Cela m’a permis d’enregistrer ma session de jeu pour ce test, mais le plus utile, c’est si vous voulez partager avec un ami, ou si vous souhaitez guider quelqu’un à travers l’expérience de la réalité virtuelle. Pouvoir voir ce que l’autre voit permet de savoir ce qui se passe pour pouvoir donner des indications diverses – particulièrement nécessaire dans un contexte éducatif par exemple -.

Sécurité : est-ce que je vais me cogner partout ?

Nous avons déjà pu constater avec la Nintendo Wii (et Wii U) que les jeux demandant des mouvements physiques pouvaient occasionnés des accidents aux conséquences variées. Ceci étant dit, Valve a fait de gros efforts pour proposer un bon niveau de sécurité. Tout d’abord, il vous faudra créer et configurer un périmètre sans désordre.

Une fois fait, un mur virtuel apparaîtra chaque fois que vous vous approcherez trop près de la limite de cette zone. C’est votre indice pour vous arrêter. Je n’ai vu aucun jeu réclamant de bouger trop vite pour se prendre un mur, mais un bon swing (de golf) dans un luminaire suspendu pourrait être critique. Un peu de bon sens et vous serez tranquille.

Enfin, la caméra frontale du Vive peut vous donner un aperçu du monde réel sans avoir à enlever le casque. Autant de mesures qui devraient permettre de vous éviter les soucis. Plus grand sera votre espace de jeu, moins vous aurez à y penser.

Interaction ordinateur/environnement virtuel

Lorsque vous êtes prêt à changer de jeu, vous pouvez sortir, naviguer dans les jeux et en lancer un autre dans l’environnement virtuel. L’une des deux manettes du Vive peut servir à ouvrir l’interface virtuelle, il suffit ensuite de pointer (comme avec un pointeur laser) et cliquer. Un autre casque de réalité virtuelle pourrait vous demander de regarder ce que vous voulez et de cliquer, ça marche aussi.

En général, vous pourrez réaliser toutes les actions basiques liées au jeu ou à l’application depuis l’environnement virtuel. Si vous voulez interagir avec Windows ou modifier un paramètre de votre PC, il faudra ôter le casque.

Types d’applications et disponibilité

La principale attraction (ou valeur ajoutée) de la réalité virtuelle, c’est d’offrir des expériences que vous ne pourriez avoir autrement. Tout est question d’immersion. Avec cela à l’esprit, il y a de nombreuses catégories d’applications qui peuvent offrir une vraie valeur ajoutée, grâce à la réalité virtuelle.

Vous pouvez aller dans des endroits où vous n’étiez jamais allé, avec une expérience meilleure encore que n’importe quel autre moyen. La réalité virtuelle ne remplace pas (encore) les photos et les vidéos, mais elle vous donnera un bon « aperçu » de ces endroits. Une des démonstrations vous place au sommet d’une montagne, et vous avez tôt fait d’avoir le vertige.

Il y a de nouvelles applications disponibles tous les jours et plutôt que de les listes ici, je vous suggère d’aller faire un tour sur Steam et de vous faire votre avis. Vous y trouverez des screenshots, des vidéos, etc. La question est trop vaste pour ce (déjà très long) test. Je voudrais cependant citer quelques « types » d’applications.

Découverte : des applications qui vous font explorer le système solaire et d’autres endroits où vous n’irez probablement jamais pour offrir une perspective unique et des interactions qui ne fonctionnent qu’en réalité virtuelle. Même Ikea a une application et même si elle n’est pas très développée, ce genre d’application pourrait être très utile dans le futur. NVIDIA avait fait une très bonne démonstration d’une visite sur Mars à la conférence GTC 2016.

Éducation : le potentiel pour observer le fonctionnement d’une machine, avec toutes ses pièces en action, sans risquer sa sécurité, est énorme. Oui, vous pourriez le faire sur un écran mais la réalité virtuelle vous donne l’impression d’avoir la vraie machine sous les yeux. Cela ajoute une dimension cruciale. Certes, la réalité virtuelle n’apporte pas toujours davantage d’informations que la 2D ou la 3D sur un écran plat, mais elle rend les choses plus intéressantes.

Jeux assis : il y a des jeux qui profitent de la possibilité de regarder partout à volonté. Les simulateurs de vol et de course automobile en sont de parfaits exemples, mais il pourrait y en avoir d’autres. Nul besoin de beaucoup d’espace pour jouer à ces jeux et ce serait même tout à fait possible à votre bureau. Voici un exemple :

Jeux en immersion totale : ils peuvent tirer avantage de vos mouvements dans la pièce. Ceux-ci pourraient être des jeux d’action, où il faut éviter et attaquer. Ce pourrait aussi être des jeux d’aventure où il faut faire un pas de côté pour éviter un piège ou une attaque de monstre. Bien sûr, l’immersion totale peut tout aussi bien profiter à la découverte et l’éducation, mais pas autant. Pour moi, c’est la meilleure expérience de réalité virtuelle que vous pourrez faire, et vous aurez besoin d’un suivi précis et du plus grand espace disponible possible.

Contenus 2D à 360° : dernier cas, mais pas des moindres. Même si ce n’est pas de la « vraie » réalité virtuelle, à mon avis, ils utilisent un casque et permettent de (re)découvrir complètement une photo ou une vidéo. Avec des caméras comme la Samsung Gear 360 ou la LG 360 CAM, voici ce que l’on peut faire :

Gardez l’œil sur les jeux : finalement, c’est toujours le contenu qui prime, alors assurez-vous de trouver des jeux qui vous divertissent suffisamment pour justifier le prix du matériel. Et aussi, soyez attentif aux offres que peuvent (pourront) éventuellement proposer les fabricants. Il y a d’ailleurs un petit drame qui se joue concernant le portage d’applications entre Vive et Rift…

La réalité virtuelle dans le temps – autrement dit, combien de temps mon investissement va-t-il durer

Tout d’abord, « investissement » et « gadget électronique » ne devraient pas être utilisés dans la même phrase. Fin du sarcasme. La seconde génération de réalité virtuelle (la première concernant les appareils d’avant 2015, qui n’ont pas marché) devrait évoluer très rapidement. Il y a plusieurs axes de développement qui auront leur importance :

Écrans : tout le monde peut déjà voir que la densité de pixels des écrans de réalité virtuelle actuels pourrait être meilleure. Nous sommes proches de la 2K, mais il faudrait probablement 8K ou 16K avant de véritablement franchir un palier. J’ai discuté de cela (en anglais) récemment avec le gourou de la technologie chez LG, le Docteur Ramchan Woo.

Capteurs : le suivi de mouvement du Vive est probablement ce qui se fait de mieux à l’heure actuelle dans le domaine, mais ces systèmes restent aujourd’hui l’objet de nombreuses recherches, ils seront améliorés avec le temps. Ce suivi affecte directement l’expérience utilisateur. Pour citer un exemple, il serait impossible aujourd’hui de simuler l’utilisation d’un fusil avec un viseur en réalité virtuelle, parce que le suivi de mouvement n’est pas encore assez bon.

GPU et CPU : alors que le jeu vidéo semblait un peu ralentir en terme de besoins techniques, la réalité virtuelle reboosté tout cela. Elle a besoin de davantage encore de puissance de calcul que les jeux en 2D. Les CPU et GPU sont des composants suffisamment matures aujourd’hui et continueront à évoluer à leur rythme.

Bien sûr, les contenus évolueront pour coller au matériel, et offriront une meilleure expérience globale de réalité virtuelle mais du point de vue de l’investissement pur, l’évolution du matériel rendra obsolète les composants très rapidement. La réalité virtuelle est actuellement un marché de niche, et l’expérience est très gratifiante, si vous pouvez vous le permettre.

Tarif : 900€

À 900€, le HTC Vive est le casque de réalité virtuelle le plus cher du marché. Cependant, c’est aussi le seul à offrir une expérience complète à son acheteur.

L’Oculus Rift est vendu 700€ mais pour ce tarif, vous n’avez pas les manettes de réalité virtuelle (mais une simple manette de Xbox) et le suivi de mouvement ne se fait que d’un côté. Même si vous pouvez vous déplacer, le fait de ne pas pouvoir attraper les objets de manière naturelle limitera grandement votre expérience.

Et lorsque l’Oculus Rift sera disponible avec ses deux manettes de réalité virtuelle et un double suivi de mouvement, le tarif sera certainement identique, ou plus cher, à celui du HTC Vive actuellement. Oculus fera alors certainement appel à sa maison-mère (Facebook) pour tirer au maximum le prix vers le bas.

À 400€, le PlayStation VR serait le système de réalité virtuelle le plus abordable, mais reste la question de la puissance de la PS4 actuelle. La PlayStation 4.5 dont on parle beaucoup ces derniers temps devrait être plus puissante, mais à quel point, nul ne le sait. Il y a trop d’inconnues à l’heure actuelle, et sa disponibilité officielle n’est pas prévue avant six mois.

Configuration PC requise : du haut de gamme

En plus du prix de l’équipement de réalité virtuelle, il faut prendre en compte les énormes besoin de son fonctionnement, il vous faudra un gros PC de gamer pour en profiter.

HTC Vive

Je recommande d’utiliser la dernière génération de GPU (et de pilotes) de AMD ou NVIDIA. Notre système de test avec une carte graphique NVIDIA 900-Series mais j’ai aussi eu de très bons retours de la part d’utilisateurs avec GPU AMD.

Sur de plus vieux vieux systèmes, vous pourriez avoir des problèmes de pilotes, et même si ça marche, les chances de soucis autres sont plus élevés parce que les fabricants se concentrent sur les tous derniers accessoires disponibles. Il n’y a malheureusement aucun moyen absolument sûr de tester la compatibilité d’une « vieille » configuration.

HTC Vive

Nous avons utilisé un PC de gamer Lenovo Y900, qui est « VR Ready », avec sa GeForce GTX 980 et son processeur Intel Core i7 à 4 GHz, avec 16 Go de RAM. Et malgré cela, l’ordinateur passe à peine le test de compatibilité Steam VR Benchmark. NVIDIA GeForce Experience offre aussi une fonctionnalité pour tester la compatibilité de votre machine avec la réalité virtuelle.

La prochaine, et dernière, étape est d’utiliser une configuration multi-GPU, mais qui rajoute facilement quelques centaines d’euros à l’ensemble. Là, heureusement, le PC fait tourner toutes les applications, sans aucune latence ni souci de performances. Oui, vous l’avez compris, la réalité virtuelle est très gourmande !

Conclusion : la réalité virtuelle est bien réelle, et le Vive l’incarne parfaitement

HTC Vive

La plupart des gens qui ont connu le flop de la première tentative accueille cette « réalité virtuelle 2.0 » avec une bonne dose de scepticisme. Les premières démonstrations du Rift en 2013 offraient une preuve de faisabilité, et les choses n’ont cessé de s’améliorer depuis. En 2015, HTC annonçait se lancer dans la construction du casque Vive, en s’appuyant sur de nombreuses années de travail chez Valve, qui avait déjà des prototypes en 2012.

Aujourd’hui, contenu et matériel sont arrivés à un point où je peux affirmer que la réalité virtuelle est bien réelle, ça fonctionne et le Vive vous en montre le meilleur.

Comme toute technologie émergente, la réalité virtuelle va évoluer très rapidement, notamment grâce à une concurrence intense. En tant que telle, être l’un des premiers à l’adopter vous offrira évidemment une récompense immédiate – le casque – et le droit de vous crâner en société, mais à un prix très élevé et assez « peu » de contenu.

Mais la réalité virtuelle offre une telle immersion, il n’y a rien de comparable aujourd’hui. Et ce n’est pas comme les téléviseurs 3D, c’est impressionnant, et ce n’est que le début. Dans les 15 prochaines années, la réalité virtuelle évoluera énormément. Pensez à l’évolution qu’il y a eu entre Doom et Battlefield 4 sur un « simple » écran 2D. La réalité virtuelle évoluera de la même manière durant la décennie à venir.

Aujourd’hui, le seul appareil qui vous offre une expérience complète de réalité virtuelle dès le déballage, c’est le HTC Vive. Oui, c’est l’option la plus onéreuse, mais pour quiconque peut se l’offrir, c’est de loin la meilleure option.

(Ce test est paru à l’origine sur Ubergizmo US)

Tags :Via :Ubergizmo
  1. « …Il serait impossible aujourd’hui de simuler l’utilisation d’un fusil avec un viseur en réalité virtuelle, parce que le suivi de mouvement n’est pas encore assez bon. »

    De mon expérience utilisateur, dans le Jeu « Hot Dogs, Horseshoes & Hand Grenades », il y a un fusil à lunette, et ça fonctionne très bien avec le Vive »
    Il y a même une seconde poignée rétractable devant le fusil d’assault, que l’on peut prendre avec le second contrôleur.

    1. Altar, « Hot Dogs, Horseshoes & Hand Grenades », ne traque pas un fusil physique (en plastique). Il ne contente d’aligner les deux controlleurs VR, un peu comme dans le jeu de tir a l’arc. Ce n’est pas du tout la meme sensation. Je voulais juste eclaircir ce point.

      Idealement, on aurait un controlleur « fusil » pour certains types de jeux. Le tracking actuel n’est pas assez precis pour traquer la position et orientation du fusil et le retranscire de maniere fiable dans le monde VR.

  2. Je prefere depenser tout mon argent pour de l héroïne que dans un pc qui aura du mal a suivre

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité