La réforme du collège est dans les manuels (et ça fait peur !)

réforme collège SMS

Comme toute réforme de l'éducation, celle du collège avait été vivement critiquée, à tort ou à raison, lors de sa promulgation. François-Xavier Bellamy, enseignant en classe préparatoire, agrégé de philosophie, s'est plongé dans les nouveaux manuels scolaires. Et ça fait peur !

« Sa va dps samedi? G1 truc a te dir jcroi kon devré fer 1 brek… » Voilà l’exemple-type d’un exercice de rédaction que l’on peut trouver dans les manuels scolaires de 5ème, 4ème, 3ème, aux éditions Nathan.

C’est cette semaine que les enseignants découvrent ces nouvelles éditions. Entre sondage sur les discriminations, « punchlines », SMS… c’est, pour François-Xavier Bellamy comme pour bon nombre de ses confrères, un « délire [qui devient] réalité, avec la collaboration honteuse d’éditeurs serviles et lâches, dans le silence des médias et dans la passivité générale – si l’on excepte la complicité coupable de l’enseignement privé.« 

Et l’homme de continuer : « j’espère qu’ils ont un peu honte, au fond d’eux-mêmes. Et j’espère, envers et contre tout, que cette réforme n’ira pas jusqu’au bout. Parce que ce n’est pas possible… Ils n’ont pas le droit. Nous n’avons pas le droit. » Voilà qui a le mérite d’être clair !

Le manuel « Le Livre scolaire » comporte une phrase de Abd Al Malik résumant parfaitement cette réforme du collège : « À force de vouloir se faire rue, on est devenu caniveau. » François-Xavier Bellamy est attristé, véritablement, dépité même : « Je voudrais crier partout ma tristesse pour ces enfants qu’on sacrifie… Qui ne trouveront à l’école que des ipads, des SMS et des anecdotes people – tout ce qu’ils connaissent déjà en fait, bien mieux que nous, d’ailleurs, et ils nous trouveront bien ridicules de vouloir leur apprendre le «swag».« 

Oui, les réformes sont nécessaires, oui, il convient de (ré-)intéresser les jeunes… mais ces réformes ne vont-elles pas trop loin ? Le risque n’est-il pas trop grand ? Qu’en pensez-vous ? Dites-nous tout dans les commentaires.

Tags :Via :Le Figaro
  1. PATHÉTIQUE… Le problème de l’éducation aujourd’hui, ce n’est plus aux enfants de rentrer dans les rangs mais aux parents de s’adaptés aux enfants n’importe quoi!
    J’ai des enfants il n’écrivent et n’écrirons JAMAIS en SMS…

  2. Infamie ! L’éducation nationale évolue vers le paradigme sociétal et technologique actuel ! C’est vraiment inadmissible ! Retour à la plume d’oie, au parler François et à l’étude des sciences aristotélicien !

  3. L’exercice demandé est juste d’apprendre au jeune a s’exprimer autrement qu’avec le langage sms , c’est une traduction qui leur est demandée. Ou est le problème ? Cet universitaire bardé et diplôme ne veut pas non plus des iPad. Je ne suis pas convaincu de la qualité de la réforme dès collège, mais du côté archaïque de ce monsieur: Oui !

  4. Attention toutefois….
    On ne parle que d’un exercice contenu dans un manuel.. pas d’une généralité!! tous les manuels ne seront pas écrit comme ça bien entendu.
    L’idée est de rendre plus attrayant certains exercices. je vois tout à fait celui-là dans l’idée:  »écrire ce SMS en vrai français » par exemple.
    Et puis en plus, franchement, aujourd’hui avec le correcteur orthographique et swype, qui écrit encore comme ça??

  5. Mon fils est en cinquième en classe tri-langue. Pour l’année prochaine il va falloir qu’il choisisse entre l’allemand et l’espagnol. Il en fait depuis la sixième. Ceux qui voyagent beaucoup savent comme s’est utile et agréable de pouvoir parler aux gens et lier des amitiés quand on sait parler une ou bien plusieurs langues étrangères.
    Maintenant quel est le but de cette reforme? Moi la seule chose que je vois c’est la destruction de la culture française et le remplacement par une autre. Tout ça au bon vouloir d’une seule personne avec l’assentiment d’une poignée des gens qui sont complétement coupés de la réalité mais ont le pouvoir et c’est à eux de prendre des décisions pour nous.
    Comment c’est possible? Pourquoi on se laisse faire? C’est l’absurdité dans toute sa splendeur et tout le monde l’accepte la tête baissée.

  6. Enfant, j’ai été élevée dans le respect de ma langue maternelle, celle de Molière et d’Hugo, de Proust et de Flaubert, de George Sand et de Baudelaire. Je ne peux concevoir qu’un jour, mon fils commette ce genre d’attentat : écrire en phonétique ! Alors au risque de choquer les bien-pensants, je suis bien contente de l’avoir mis dans une école privée. Certes, c’est cher : tant pis ! On se restreint sur les vacances, on n’a ni télévision, ni vêtements « de marque » et on garde les « vieux » smartphones jusqu’à épuisement total des batteries. Mais la bonne éducation a un prix et, quand je lis ce genre d’article, je suis d’autant plus convaincue que le jeu en vaut la chandelle. Parce qu’un esprit éduqué est un esprit éclairé, et que notre société a besoin d’esprits éclairés. Parce que nous préparons aujourd’hui la France de demain, or nos politiciens d’hier ne seront plus là pour constater l’étendue des dégâts. Ce sont nos enfants qui devront payer les pots cassés. Et ça, je ne peux pas l’accepter. #DisonsStop

    1. je vous conseille de relire « Le Piège diabolique » d’E.P. Jacobs, aventure géniale de Blake et Mortimer. Au commencement des années 1960, Jacobs mettait déjà en garde sur l’adoption d’une orthographe phonétique.

  7. Pour réduire l’écart entre les enfants, la ministre préfère la solution du moins disant culturel. C’est plus facile, mais tellement navrant. Ce sont les enfants des classes populaires qui seront les vrais victimes de cette réforme, les enfants des classes aisées trouveront ailleurs qu’ à l’école
    les connaissances qui ne leur seront plus enseignées.

  8. Rectificatif, mes sieurs, si vous le voulez bien gracieusement : il eût fallu que vous écrivissiez… Gare à l’imparfait du subjonctif Grand Siècle ! Prenez garde aux groupes verbaux ! Le Nouveau Cyber SaInt-Simon vous salue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité