Runkeeper accusé de trop suivre et distribuer ses données utilisateurs à outrance

Runkeeper

Les services de suivi d'activité physique sont nombreux et variés. Leur principe de fonctionnement est simple : récolter vos données et vous les présenter le plus simplement possible. Mais la tentation est grande de suivre davantage que les données durant l'exercice physique, et de les partager à qui les demande. C'est exactement ce dont est accusé Runkeeper.

Le Norwegian Consumer Council vient de déposer plainte contre Runkeeper auprès de la Data Protection Authority de Norvège au motif que l’application Android du service continuerait de tracker les données des utilisateurs bien après que ceux-ci aient mis fin à leur activité physique. Pire, il revendrait même ces données à de tierces parties sans consentement de l’utilisateur.

Contrairement à d’autres services de suivi, Runkeeper ne s’intéresse qu’aux données des exercices physiques. Le service n’a donc aucun droit de collecter les données lorsque l’utilisateur n’est pas en pleine activité physique. Et il semblerait que ses termes d’utilisation soient très flous concernant l’usage fait de ces données. Runkeeper aurait en tout cas partagé ces données avec une entreprise de publicité aux États-Unis.

Runkeeper étant basé justement aux États-Unis, et n’ayant aucun bureau en Norvège, difficile d’imaginer à quelles sanctions le service s’expose, mais le Norwegian Consumer Council estime que l’action en justice est pleinement justifiée. Et qui sait, cela pourra-t-il peut-être intéresser les autorités américaines.

Tags :Via :Slashgear
Dernières Questions sur UberGizmo Help

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité