Mark Zuckerberg, ce psychopathe…

Mark Zuckerberg

Mark Zuckerberg, le grand, et jeune, patron de Facebook, donne l'impression d'un homme enjoué, plutôt calme, toujours passionné et la plupart du temps très convaincant lorsqu'il s'agit de partager ses opinions. Selon un ancien employé du réseau social, il laissait aussi parfois apparaître quelques traits du parfait psychopathe...

Antonio Garcia Martinez a travaillé quelque temps chez Facebook, il publie aujourd’hui un livre – Chaos Monkeys: Obscene Fortune and Random Failure in Silicon Valley – dans lequel il dépeint sa vision de l’âge d’or de Facebook, la période durant laquelle le réseau social n’avait qu’un seul et unique but, écraser Google Plus.

En 2011, le réseau de la firme de Mountain View était loin d’être aussi moribond qu’aujourd’hui, Mark Zuckerberg y voyait même une menace mortelle, d’où sa décision d’envisager une destruction totale : « il [Mark Zuckerberg, ndlr] avait changé de sujet brutalement et s’était mis à débiter des citations rhétoriques faisant référence aux grands classiques qu’il avait étudiés à Harvard et avant. […] Vous savez, l’un de mes orateurs romains favoris terminait ses discours par la phrase Carthago delenda est, ‘Carthage doit être détruite’. Pour je ne sais quelle raison, je pense à cela en ce moment.« Rapidement, de grands posters affichant Carthago Delenda Est avaient été accrochés aux murs dans les bureaux.

Cette énième anecdote, non confirmée par Facebook à l’heure actuelle, dépeint Mark Zuckerberg, et Facebook, d’une manière tout à fait insolite. Le plus gros réseau social est-il toujours dirigé avec tant de hargne, notamment envers les concurrents ? Qui sait.

Le livre de Antonio Garcia Martinez sera disponible dès le 28 Juin.

Tags :Via :Cnet
Dernières Questions sur UberGizmo Help

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité