Pour l’ado qui pensait avoir découvert une cité Maya, les scientifiques sont jaloux

William Gadoury

Le mois dernier, le web était en émoi suite à la découverte annoncée par un adolescent Canadien, William Gadoury, d'une ancienne cité Maya. Plusieurs experts ont rapidement décidé d'ignorer cette "découverte", pour des raisons tout à fait légitimes selon eux. Le garçon s'est récemment exprimé, et il n'en démord pas.

Le garçon de 15 ans avait découvert les coordonnées de cette ancienne cité Maya en établissant ce qu’il croit être une corrélation entre la position des constellations et l’emplacement de cités existantes. Rapidement, amateurs et experts se sont penchés sur la question, ne découvrant finalement qu’un vaste terrain abandonné.

Kristin Romey, de National Geographic, a pu s’entretenir avec William Gadoury, qui reste convaincu du bienfondé de sa démarche, et de sa découverte : « Je sais que ce n’est pas bien que je n’accepte pas les critiques, mais cela m’aide à avancer dans mes recherches« . Le jeune homme espère bien faire publier sa découverte dans un journal scientifique renommé, pour « pouvoir la partager avec des archéologues et des scientifiques« .

Pour lui, cela ne fait aucun doute, « les scientifiques sont jaloux. […] Parfois, ils ont peur de la nouveauté. Ils ont peur que leurs idées établies soient critiquées. » Il aimerait donc que ces experts aient « un esprit plus ouvert et écoute les idées des autres« . William Gadoury aimerait maintenant visiter le site en question, pour prouver une fois pour toutes qu’il a raison… Est-ce le cas ou non ? L’avenir nous le dira.

Tags :Via :Gizmodo
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Ah, encore un stagiaire qui travaille à la traduction:
    Dans l’article original de NatGeo (http://news.nationalgeographic.com/2016/06/lost-maya-city-mexico-william-gadoury-satellite-discovery-archaeology/), William dit:

    « I know it’s not very good when I’m not accepted by critics, but it just helps me advance my research. »

    En français:
    « Je sais que ce n’est pas bien quand je ne suis pas accepté par les critiques, mais cela m’aide à avancer dans mes recherches. »

    Et votre traducteur a traduit:
    « Je sais que ce n’est pas bien que je n’accepte pas les critiques, mais cela m’aide à avancer dans mes recherches. »

    Ce qui est deux phrases différentes! Je vous prie de corriger cette erreur sur le champ. Il en va de notre honneur nationale de montrer que nous sommes bien capables de traduire de l’anglais au français sans faire d’erreurs, de montrer que nous sommes ouverts sur le monde.

    1. Ecrire francais correctement serait deja un bon point ! Apres louverture sur le monde… Tu passes deja pour une truffe aupres de la population francophone avec ton commentaire, on est plus a ca pres !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité