Les voitures autonomes pourraient booster l’industrie de l’alcool

alcool-voitures autonomes

Jusqu’à présent l’alcool au volant rimait avec mort au tournant. D’après une récente étude, les voitures autonomes pourraient faire voler en éclat cette vieille idée et doper la vente de produits alcoolisés.

Si vous êtes habitués à sortir et à conduire, alors vous êtes probablement un Sam (enfin on l’espère pour les pauvres piétons qui croisent votre route) car comme dit l’adage publicitaire… boire ou conduire, il faut choisir !

Pourtant la conduite automobile est sur le point d’être révolutionnée. Les voitures autonomes émergent peu à peu, notamment sous l’impulsion de géants tels que Google ou encore Tesla. Ces « auto-automobiles » du futur brillent par leur sécurité. Après tout l’essentiel des accidents de la route est du à des défaillances humaines et non matériels. Si l’on retire l’homme de l’équation on gagne en sécurité (malgré quelques incidents déjà rapportés aux Etats-Unis).

Je pense que vous commencez déjà à comprendre la logique de cette approche. Car si vous n’avez plus besoin de vous concentrer au volant, pourquoi vous priveriez vous de boire avant de monter dans vos voitures autonomes ? Voir même de boire directement à l’intérieur de celles-ci !

Cette interrogation a poussé les chercheurs du cabinet Morgan Stanley à prédire quel pourrait être l’impact de la voiture autonome sur le marché de l’alcool. Ce serait titanesque. Le cabinet évoque ainsi un chiffre d’affaire en hausse probable de près de 100 milliards de dollars à l’échelle de la planète. A noter que le business du covoiturage et des VTC (Uber et compagnie) aurait déjà eu des effets plus qu’appréciable pour les vendeurs de produits alcoolisés.

Bon on est encore loin de pouvoir vérifier ces dires, mais voilà de quoi agiter les esprits de nos légiférant. Car, en fin de compte, l’avenir des Sam en soirée reposera toujours entre leurs mains.

Tags :
  1. Il y a une quinzaine d’année (en 2000/2001) suite à un reportage sur le « futur », ou il était question en partie des voitures autonome, je m’étais fait cette réflexion.

    Alors que Google n’était pas encore ce qu’il est, qu’Elon Musk bossait dure encore sur Paypal, et qu’Uber était à encore 10 ans de son idée qui allait lancer l’entreprise, l’industrie de l’automobile ne voulait pas en entendre parler.
    Dans ce reportage il y avait Louis Schweitzer (le PDG de Renault de l’époque) qui donnait sa vision de la chose en indiquant qu’il n’y aurait JAMAIS de voiture 100% autonomes, mais uniquement des aides à la conduite, car il faudrait toujours que le conducteur soit responsabilisé, pour des raisons … sociétale (c’est la qu’on voyait déjà à l’époque que sa pensé était dépassée) car qui dit voiture autonome dit à moyen terme accidents évités = fin des assurances, qui dit voiture autonome dit autopartage = fin de la possession et fin de l’achat de voiture. Techniquement il savait que cela allait être possible.
    J’avais été vraiment choqué par cette vision su « On sais le faire, mais on ne le fera jamais car cela pourrait changer la société ».

    J’avais donc parié avec des amis que ceux qui avait le plus à y gagner se serait les industriels de l’alcool, et qu’ils allaient peut être se lancer à embaucher à tour de bras des ingénieurs spécialisés.
    J’ai perdu mon pari depuis pas mal de temps je pense.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité