Une planète habitable près de la Terre, c’est officiel !

Proxima Centauri b

L'annonce a fuité la semaine dernière mais cette fois, c'est officiel ! Une planète qui ressemblerait très fortement à la Terre gravite autour de Proxima du Centaure... dans la zone habitable ! Et cette planète ne se trouve qu'à un petit jet de pierre cosmique de nous, à seulement 4,3 années lumière ! Mais que sait-on d'autres ? 

Tout d’abord, il faut saluer le travail de l’équipe de Guillem Anglada-Escudé qui, après deux mois d’observation quotidienne à l’aide du télescope de 3,6 m de l’ESO, au Chili est parvenu à détecter une infime perturbation gravitationnelle qui a trahi la présence de la petite planète.

Proxima centauri b etoile

Bienvenue sur Proxima Centauri b

(En attendant mieux), cette nouvelle exoplanète s’appelle désormais Proxima Centauri b. La méthode de détection utilisée ne permet pas de connaître le diamètre de cette planète, mais elle permet tout de même de connaître sa masse. Elle aurait donc une masse minimale d’1,27 fois celle de la Terre, ce qui signifie qu’elle peut aussi peser plusieurs fois la masse terrestre ! Pas de panique, malgré cette incertitude, il s’agit très certainement d’une planète rocheuse, comme la Terre.

Proxima Centauri b orbite autour de son étoile en 11,2 jours (contre 365,25 jours pour la Terre) et se trouve dans la zone habitable ! La zone habitable est une zone où la chaleur émise par l’étoile n’est ni trop chaude et ni trop froide, où l’eau pourrait couler sans geler, ni bouillir. On peut aussi parler de planète « boucles d’or ».

Proxima Centauri habitable

infographie : ESO/M. Kornmesser/G. Coleman

Selon les calculs des astronomes, Proxima Centauri b recevrait une énergie équivalant à 65% de l’énergie solaire reçu par la Terre, alors même que cette planète est beaucoup plus proche de son étoile. La raison ? L’étoile Proxima du Centaure est toute petite, elle ne fait que 12% de la taille de notre Soleil. Il y a donc des chances que l’eau puisse couler librement à sa surface.

S’il y avait de la vie sur cette planète et si cet « extraterrestre » avait des yeux, il verrait dans son ciel, un soleil rouge trois fois plus gros que le nôtre, ainsi que deux autres soleils beaucoup plus petits. S’il y a de l’eau liquide à la surface, il doit alors y avoir également des marées énormes provoquées par la proximité gravitationnelle de l’étoile. Et il y a même une chance que cette planète soit forcée de présenter toujours le même côté à son étoile (un peu comme la Lune avec la Terre).

Des réponses bientôt…

Aujourd’hui, les astronomes ignorent si cette planète a une atmosphère. Pour le savoir, il faudra attendre très certainement le lancement du télescope spatial JWST en 2018. Mais il faut savoir que l’étoile Proxima du Centaure est une naine rouge, une petite étoile connue pour ses soubresauts de rayons X et UV extrêmes qui pourraient souffler intégralement l’atmosphère de notre voisine.  Il faudra aussi attendre le E-ELT (European Extremely Large Telescope) pour approfondir l’étude de la petite planète. Mais celui-ci devrait être terminé en 2024.

Un voyage dans plus longtemps

L’autre question que nous pouvons légitimement nous poser, c’est de savoir s’il est possible d’y aller. Oui, c’est vraisemblablement possible. Des projets de mini-vaisseaux ultra-légers propulsés par des lasers pourraient mettre seulement 20 ans pour parcourir les 4,3 années lumière qui nous séparent de Proxima Centauri b. Le seul problème avec ce projet, c’est le freinage. En allant à 20% de la vitesse de la lumière, on passerait à côté de la planète sans avoir le temps de l’observer… ce qui serait dommage.

L’anecdote : la mission de l’astronaute français Thomas Pesquet à bord de l’ISS, qui débute en novembre 2016, s’appelle Proxima. Le nom ne pouvait pas être mieux choisi. Bien joué. 

Illustrations : ESO/M. Kornmesser

Tags :Sources :ESO
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. En 2040, l’équipage de l’Event Horizon avait activé le flux gravitationnel pour ouvrir le passage vers l’étoile Proxima Centauri et soudain le vaisseau et son équipage avaient disparu…

  2. Faut qu’on m’explique comment un vaisseau peut arriver à mettre 20 ans pour parcourir les 4,3 années lumière qui nous séparent de Proxima Centauri b…. Nous a t-on toujours pas dit que rien ne vas plus vite que la lumiere ? pffff

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
  3. C’est le cas, à la vitesse de la lumière il faudrait 4,3 ans pour y aller. Donc en allant plus lentement que la lumière il est normal de mettre plus de temps. 20ans me paraît pas impossible.

    1. 1 année lumière = 9 461 milliards de km

      4.3 année lumière = 40 682.3 milliards de km

      en 20 ans, ça donne 2 034,115 milliards de km par an

      1 an = 8766 heures

      2 034.115 milliards de km / 8766 heures = 232 millions de km par heure… sachant que c’est une vitesse théorique qui ne prend pas en compte la résistance, sachant que la lumière
      n’est pas affectée par la matière.

      Sachant que notre vaisseau le plus rapide avait une vitesse maximale relative à la Terre de 58 536 km/h, NON, ce n’est absolument pas possible en seulement 20 ans…

      1. Ce sera possible en 22 ans avec le projet de mini sondes équipées de voiles solaires propulsées par laser depuis la terre. Ces sondes pourront atteindre 20% de la vitesse de la lumière. Ce projet est financé par un milliardaire Russe (qui a mis 100 millions USD sur la table) et soutenu par S. Hawkings. Science et Vie a sorti un article sur le sujet et plus généralement sur Alpha du Centaure. Ce sera peut-être le défi spatial du 21ème siècle.

  4. « Un soleil rouge trois fois plus que le nôtre… » Trois fois plus quoi ? Choucroute, pomme de terre, tomate ? Haaaa pluuuus grande… ou alors petite… plus lourde, plus plus… enfin bref

  5. Oh la vilaine faute! lol
    « Selon les calculs des astronomes, Proxima Centauri b recevrait une énergie équivalant à 65% de l’énergie solaire reçuE par la Terre. »

  6. Étant donné que cette planète « potentiellement habitable » se trouve à 4,3 années lumière soit 40850 milliard de kilomètres , il faudrait pour le vaisseau spatial le plus rapide une bonne paire de couilles pour espérer y arriver.
    Moi je vais le boire un café et vivre ma vie en attendant ma mort, article d’aucune utilité dans le sens concret du terme.

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
  7. De toute façon, la technologie actuelle ne nous permettra jamais d’atteindre cette planète. De toute façon, ce qu’il faut, c’est essayer de trouver une galaxie « jeune » pour éviter de s’installer pour se dire : « merde! l’étoile à côté de laquelle on vient d’emménager se transforme en super nova! »

  8. Y’a pas si longtemps on disait encore que meme s’il y avait une autre forme de vie intelligente dans l’univers, elle serait trop éloigné pour qu’on puisse entrer en contact… Et petit à petit on se rend compte que le contact avec des E.T est tout à fait envisageable ! 4,3 années lumiere c’est « à coté » , pour peux qu’ils aient une technologie supérieure à la notre, ils pourraient deja etre parmis nous !

  9. Avant toute speculation, et qu’elle soit habitable, il faut deja connaitre comment est cette planète, rocheuse? terreuse? gazeuse?
    Deuxièmement il faut savoir si il y a une atmosphere, ce que l’on ne sais pas encore…
    Troisièmement cette planete met 12jours, je crois pour faire le tour de son astre ( soleil).
    De plus, d’apres ce que j’ai vu ailleurs, elle ne tourne pas sur elle meme, du coup, c’est toujours la meme face qui est dans la lumiere.
    enfin, si il y a des balayage de rayon X ou UV, ont a un coup de soleil en moins de 10minutes…
    Donc finalement pas si habitable que cela…

    1. La planète tourne sur elle-même. Mais à la même vitesse que sa période de révolution. C’est ce qu’on appelle le verrouillage gravitationnel ou rotation synchrone.

      En revanche, pour tout le reste je crains que tu n’aies raison. Sauf si la vie potentielle de cette planète a adopté un autre mode biochimique que notre Carbone/Oxygène, ce qui est possible mais peu probable.

  10. 20 années me parait encore trop long comme délai. Il est probable que bien avant nous ayons développé des techniques qui nous permettent de réduire considérablement la durée du trajet. Norédine peut-on avoir votre avis sur la propulsion ionique et plasmique ? On prétendait aussi à une certaine époque que la Nasa travaillait à l’élaboration d’un moteur à distorsion. En réalité il n’en est rien. Il semble en revanche qu’un des ses ingénieurs ait obtenu un laboratoire pour tester quelques idées de ces idées sur la propulsion Alcubierre. Quoi qu’il en soit la découverte de cette nouvelle planète et des précédente est une information captivante qui nous invite à rêver.

  11. Des milliards sont investis et on reste toujours au stade d’observateurs car la distance est trop éloignée…..On pourra même pas freiner le vaisseau: projet avorté, tué dans l’oeuf.
    Mieux vaudrait investir dans la recherche de l’immortalité déjà, ces chercheurs de planètes, dans 20 ans, certains d’entre eux seront peut être morts avant que leur vaisseau n’atteigne leur planète,(si déjà, ils trouvent un moyen de le freiner lol ) alors ils reviennent pour rien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité