Qu’a-t-il donc bien pu arriver à la comète 67P le 19 février 2016 ?

19 Février 2016 comète 67P

Le 19 février 2016 devait être un jour comme les autres pour la Comète 67P - destination de la sonde Rosetta et sur laquelle s'est posé l'atterrisseur Philae - jusqu'à ce que, soudainement, ce morceau de roche gelée s'illumine brièvement, comme frappé par un ange en colère.

Cet étrange événement astronomique aurait pu passer totalement inaperçu pour les petits Terriens que nous sommes, mais Rosetta a pu immortaliser la chose. Les scientifiques ont désormais reconstruit toute la séquence des événements, lesquels aurait pu être causés par un glissement de terrain. L’analyse menée par Eberhard Grün du Max-Planck Institute for Nuclear Physics a été publiée dans le Monthly Notices of the Royal Astronomical Society.

Tout a commencé vers 9h40 GMT, heure à laquelle les capteurs de Rosetta ont détecté une vive illumination dans sa chevelure – le halo de vapeur et de poussière entourant la Comète 67P -. Durant les heures qui ont suivi, les UV réfléchis par la chevelure ont été multipliés par 6 tandis que la lumière du soleil filtrée par la poussière augmentait d’un facteur 10. Les températures dans les gaz, elles, avaient gagné 30°C.

19 Février 2016 comète 67P

Ensuite, Rosetta fut balayée par la poussière. Ses capteurs ont enregistré pas moins de 200 particules individuelles en trois petites heures – en période normale, elle recensait 3 à 10 particules, par jour -. En milieu d’après-midi, la comète avait repris sa « forme » normale.

En étudiant toutes les données à leur disposition, les scientifiques pensent avoir identifié la cause du phénomène. La chaleur des rayons du Soleil aurait vaporisé une partie de l’eau gelée dans la région d’Atum, déclenchant un glissement de terrain…

Tags :Via :Gizmodo
Dernières Questions sur UberGizmo Help

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité