Les sœurs Williams, la gymnaste Simone Biles toutes dopées selon Fancy Bears

fancy bears

Scandale : Un collectif de hackers commence à se faire un nom : Fancy Bears. Un consensus estime qu'ils viennent de Russie et ils ont aujourd'hui des griefs contre les athlètes américains, les accusant tout simplement de dopage

Le CIO dénonce déjà une entreprise destinée à entacher la réputation des sportifs, il faut dire que de grands noms font partie de cette liste, comme les sœurs Williams ou la gymnaste Simone Biles (quadruple médaille d’or aux jeux de Rio). Les hackers ont ainsi diffusé des fiches volées issues la base de données de l’Agence mondiale antidopage.

Le CIO prend la chose au sérieux, tout en se portant garant des athlètes, affirmant qu’ils disposaient tous de certificats médicaux en règle pendant les contrôles. De l’autre côté, les hackers affirment que les sportifs utiliseraient des produits dopants, allant des amphétamines à divers stimulants.

Certains de ces produits sont effectivement interdits, cependant, peuvent être prescrits à des fins « thérapeutiques ». Par exemple, est citée la prednisone au sein des documents. Considérée comme un stimulant, elle sert néanmoins à soigner l’asthme ou la toux chez le commun des mortels.

Ces athlètes ont donc des dérogations afin de concourir, sans pour autant rester malades, l’Agence mondiale antidopage en a pleinement conscience. Elle regrette ce hack qualifié de criminel et dévoilant des informations confidentielles, néfastes pour la réputation des sportifs, comme de l’instance. Selon elle, aucun athlète n’a enfreint les règles antidopages pendant les jeux Olympiques de Rio 2016.

La messe est dite.

Tags :Sources :fancybearVia :FranceInter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité