Fumer endommage votre ADN… irrémédiablement !

cigarette

Fumer est mauvais pour la santé, vous le savez très certainement. Mais s'il vous fallait une raison supplémentaire d'arrêter, ou plutôt de ne jamais vous y mettre, en fait, voici les résultats d'une étude assez effrayante. Fumer endommage votre ADN. Si certes marques disparaissent avec le temps, d'autres sont irrémédiables.

L’étude en question a analysé pas moins de 16 000 échantillons sanguins – sur autant de participants, avec des profils très variés par rapport à la cigarette -. Si la plupart des marqueurs génétiques résultant du fait de fumer ont disparu cinq ans après avoir arrêté de fumer, certains restent à vie. Ces marques font partie d’un procédé appelé méthylation, laquelle est une altération de l’ADN pouvant rendre un gène inactif ou en modifier le fonctionnement, pouvant occasionner cancers et autres maladies.

« Notre étude a trouvé des preuves évidentes que fumer a impact à très longue durée sur notre machine interne moléculaire, un impact qui peut perdurer plus de 30 ans« , déclare Roby Joehanes, de Hebrew SeniorLife et de l’École de Médecine de Harvard. « La bonne nouvelle, c’est que, une fois que vous avez arrêté de fumer, la majorité des signes de méthylation disparait après cinq ans, ce qui signifie que votre corps tente de se réparer lui-même des impacts négatifs du tabac.« 

Arrêter de fumer a donc, évidemment, des effets bénéfiques sur le corps – encore heureux -, mais vous ne retrouverez jamais votre état « normal » ! « Même des décennies après avoir arrêté, la cigarette confère des risques à long terme de maladies sérieuses, dont des cancers, des maladies pulmonaires chroniques, etc. […] Les mécanismes de ces effets à long terme ne sont pas encore très bien compris. Les changements dans la méthylation ont été proposés comme une explication possible. » Le mieux, c’est encore de ne jamais commencer !

Tags :Via :NBC News
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Il eut été intéressant de citer les sources des études en questions… Vos liens ne mènent qu’à des pages du blog sans rapport avec le sujet. Un risque de maladie ne signifie pas que la maladie se déclarera. Il aurait été intéressant de savoir s’il existe une corrélation entre l’âge, le sexe, le type de fumeur et les effets de méthylation. Ne pas commencer à fumer serait une très bonne chose. Cependant il s’agit d’une pratique qui favorise la socialisation dans certains milieux, comme la consommation de cannabis dans d’autres et qui semble mieux tolérée que l’alcoolisme par exemple, et qu’on commence souvent très jeune sous l’influence des pairs. De plus, on ne comprend pas pourquoi un produit toxique aussi dangereux reste en vente libre dans des pays qui se soucient prétendument des questions de santé publique. On constate bien que l’augmentation des prix en France n’a aucun effet dissuasif ou peu. Pourquoi l’état permet-il encore la vente de ce produit nocif ? Il s’agit d’une aberration. Enfin je suppose que la pollution atmosphérique et l’inhalation de particules fines ne doit pas être bénéfique pour la santé tout comme la consommation régulière de viandes. Il serait intéressant de savoir si à long terme les effets peuvent se transmettre aux générations suivantes puisque fumer pendant sa grossesse (ce que j’ai vu faire avec étonnement et indignation) endommage également l’ADN du foetus.

      1. Sans doute mais si on fait le calcul à long terme, je pense que l’états, les états son perdants. Ou bien c’est du cynisme total. On devrait considérer qu’il s’agit d’un produit impropre à la consommation et interdire sa vente au même titre que la cocaïne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité