Le vélo Bird of Prey vous mettra dans une position… étonnante

vélo Bird of Prey

Les premiers vélos datent du début du XIX siècle. Et au fil des années, il a subi de nombreuses transformations, avec des tentatives plus ou moins fructueuses. Si les matériaux évoluent, on retrouve une constante, la posture, assis sur la selle. Sur le Bird of Prey, vous êtes sur le ventre.

C’est un concept bien différent que celui du deux-roues classique. Ici, le cycliste est sur le ventre, vers l’avant, les jambes tendues vers l’arrière, comme s’il volait, s’il fendait les airs, – d’où le nom d’ailleurs, Bird of Prey, « oiseau de proie » – avec les hanches et les coudes bien calés.

Le Bird of Prey est la création de l’architecte californien John Aldridge. Il travaille dessus depuis 1991 mais la production vient tout juste de débuter. Et il semblerait que cette étrange position offre son lot davantage, en abaissant notamment le centre de gravité, en offrant un meilleur profil aérodynamique et en augmentant le rendement global.

Mais comme pour toute nouveauté, la facture est salée. Le vélo Bird of Prey coûte la bagatelle de 8 500$.

Tags :Sources :Page du produitVia :Oh Gizmo
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. 1h d’efforts avec le ventre compressé ? je pense que cela va générer des douleurs gastriques. Tant qu’à exploiter le concept, j’aurais plutôt vu un coque longitudinale où tout l’avant du corps repose.

      1. Vessie écrasée (et autres organes), épaules en suspension (douleur), coudes écrasés, déséquilibre au démarrage, douleurs cervicales pour cause de cou en extension pour voir la route. Ca peut être marrant pour 15 minutes, mais ensuite…

    1. Peu de chance. Le poids étant étalé, surtout à l’arrière, même en freinant à fond avec le frein avant, on risque peu de voir le corps entier passer par dessus.

  2. Ca va pour une balade d’une demi-heure.
    Après, on a le ventre, les épaules, et les coudes qui commencent à crier pour cause de frottement, de position figée, ou de poids trop important, vessie écrasée, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité