Chato : fromage (ou pas) à base de pomme de terre venu d’Australie

chato-potatomagic

Andrew Dyhin est le fondateur de la start-up PotatoMagic. Cet Australien dit avoir passé près de 12 ans à développer une manière de transformer les patates. Le but ? Obtenir un produit capable de remplacer le fromage dans la plupart des recettes.

« Le produit est appelé chato [contraction de cheese et potato]. Cela ressemble à du fromage et fond comme du fromage, mais ce n’est que de la pomme de terre, » précise l’inventeur. Même s’il ne révèle pas en détails la manière dont il a traité les patates pour arriver à ce résultat, Andrew Dyhin précise qu’elles sont d’abord épluchées puis liquéfiées. D’après ses dires rapportés par le Sydney Morning Herald, aucun colorant, conservateur ou autre produit non naturel n’est ajouté pour en arriver là.

Cet Australien est motivé par des enjeux écologiques et de respect de la vie animale, en plus d’espérer faire fortune sur le sujet. « Nous devons absolument trouver des alternatives aux pratiques de l’élevage et de l’agriculture de masse. Avec chato, nous pouvons prendre n’importe quel patate, particulièrement celles qui seront jetées [car trop laides pour êtres présentées en magasins] et faire quelque chose de délicieux et pratique. »

Le chato n’attire pas les investisseurs

Le chato étant un produit garanti sans lait, il permet effectivement de ne pas dépendre d’industries laitières qui sont régulièrement accusées de maltraiter les animaux d’élevage (comme les vaches). Reste que même si ce produit à base de pomme de terre fond comme le fromage lorsqu’on gratine un croc monsieur, reste à savoir pour le goût.

Même si la promesse d’Andrew Dyhin paraît intéressante sur le papier, il semble que depuis le début de sa campagne, en 2014, il n’ait pas du attirer d’investisseurs pour débuter la commercialisation de son projet. Peut-être que le récent engouement médiatique en Australie l’aidera.

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
    1. Bien vu, l’erreur vient d’une mauvaise interprétation de la vidéo où l’inventeur précise que la patate (et non pas le produit fini, là était l’erreur) ne sent pas le fromage. L’article a été modifié.

      Pour ce qui est de « l’original », il se trouve que ce brave monsieur a cédé plusieurs interviews à différents médias (c’est dans son intérêt), dont le Sydney Morning Herald. Il n’y a donc pas un seul et unique point de départ sur le sujet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité