Feel Flux : le parfait jouet du nerd

feel-flux

Vous aimez la science ? La technologie ? Vous cherchez un jouet à arborer sur votre bureau qui soit à la fois élégant et intriguant. Ne bougez plus, on a trouvé le Feel Flux.

Même si cette petite invention n’est pas nouvelle, il est intéressant de rappeler son existence. Commercialisée par la start-up du même nom, basée à Budapest, il s’agit ni plus ni moins que d’un tube en métal (en cuivre pur à 99%) et d’une boule elle aussi métallique et magnétique. Lorsque celle-ci est jetée dans le tube, au lieu de chuter à 9,8 m/s-2 comme ce devrait être le cas, elle semble comme flotter délicatement. Elle finit par ressortir de l’autre côté du tube sans en avoir jamais touché les parois.

Une version « sport » du Feel Flux, appelée le Skill Flux, en aluminium, est aussi proposée et permet aux geeks de tenter des mouvements et des actions particulières avec leur bille. Donnant lieu à un véritable jeu du bilboquet revisité.

Le Feel Flux classique est vendu environ 80 euros et le Skill flux (à l’unité, mais vous pouvez en combiner plusieurs pour jouer) coûte environ 45 euros.

Mais concrètement comment ça marche le Feel Flux ? Ca peut paraître simple, mais c’est en fait plus compliqué qu’il n’y paraît. On se risque à vulgariser tout ça.

De Michael Faraday à Heinrich Lenz, passant par Léon Foucault, ils participent tous à la création du Feel Flux

Lorsque la boule tombe dans le tube, son mouvement crée un champ magnétique à l’intérieur de ce dernier.

D’après la loi de l’induction par Faraday, ce changement du champ magnétique entraîne aussi la production d’une tension électrique (donc la circulation du champ électrique mesurée en voltes) à l’intérieur des parois du tube. On appelle ce phénomène : une force électromotrice. C’est notamment cette force qui donne aux piles et batteries la capacité de déplacer des charges dans un circuit électrique.

Etant donné que le tube est fait d’un métal de très bonne conductivité (c’est un cuivre presque pur à 100%), ce voltage crée des courants électriques circulaires (qui tournent sur eux-mêmes). Ce sont les courants de Foucault.

D’après la loi d’excitation magnétique, la rotation des courants de Foucault crée un second champ magnétique qui va interagir avec celui de la boule en métal en chute libre dans le tube.

C’est ici qu’intervient la loi de Lenz-Faraday (énoncée par Heinrich Lenz qui a basé ses travaux en matière d’induction sur les théorèmes émis par Michael Faraday). Celle-ci précise que ce second champ magnétique est toujours opposé au mouvement initial qui l’a généré : ici la chute de la boule en métal. Si celle-ci tombe vers le bas, alors la force induite par le champ magnétique des courants de Foucault va donc vers le haut.

Or, naturellement, plus le mouvement de la boule est rapide, plus la force de ralentissement du champ magnétique sera importante. En d’autres termes, cela veut dire que vous pouvez propulser cette bille de toutes vos forces dans le Feel Flux, elle passera toujours autant de temps dans le tube. Magie de la science. C’est sur cette mécanique naturelle que reposent notamment les technologies des freins d’urgence dans les ascenseurs.

Si toutefois parmi vous il y a de plus grands experts en électro dynamisme, n’hésitez pas à apporter des informations complémentaires !

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. C’est sympa mais ça fait cher le presse papier! :)
    En plus j’aurais peur qu’un collègue me perde la bille ou qu’on me pique l’anneau en cuivre pour la récupération du cuivre!

  2. Et si tu le met dans le congélateur avant ça passe encore moins vite dans le tube, c’est dû a l’augmentation de la conductivité électrique quand la température diminue

  3. Et sinon ça marche tout aussi bien avec n’importe quel tube en cuivre de chez bricomachin et un aimant; pour ceux qui veulent essayer sans se ruiner.

Répondre à Machin Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité