Il réalise que les chinois volent les projets kickstarter

espionnage-kickstarter-chine

Un israélien ayant débuté un projet kickstarter s’est rendu compte que son idée avait été volée par des copieurs chinois. Problème, ces derniers ont été capables de produire à toute vitesse et pour 5 fois moins cher le produit en question.

Nous sommes de plus en plus nombreux à utiliser des perches à selfie. Observant cet engouement, Yekutiel Sherman a eu une idée. Il a passé deux ans à concevoir son produit : un boîtier pour smartphone faisant aussi office de perche à selfie télescopique. Avec son produit, les utilisateurs n’ont plus à s’embêter à transporter deux objets différents. Tout est greffé au téléphone.

Sentant déjà la fortune lui sourire, l’israélien a développé sa propre publicité (à Paris) et lancé un projet Kickstarter de 40 000 dollars pour débuter l’industrialisation du projet (en décembre 2015). Malheureusement, une semaine après le début de la levée de fonds, des copies de son projet sont apparues en Chine sur des sites e-Commerce tels que le géant Alibaba. Plus gênant encore, alors que le prix initial de son produit était fixé à environ 44 euros, ces copieurs chinois le proposaient eux à seulement 7 euros.

La bonne foi du créateur est mise en doute par les internautes

Magie de l’extrême efficacité industrielle chinoise, et peut être aussi de cette effroyable capacité à subtiliser les secrets industriels des concurrents (ce qui fait fuir de nombreuses sociétés étrangères du pays), Yekutiel Sherman n’a encore rien pu faire pour lutter contre ce phénomène ce qui déchaîne la colère des internautes ayant financé le projet.

En effet, depuis déjà plus d’un an, la communication de l’israélien s’est faite de plus en plus rare. Avec une dernière actualisation le 10 septembre dernier affirmant que la production débuterait bientôt, il n’y a depuis plus aucune nouvelle de la start-up Stickbox derrière ce projet. Ce qui pousse les « backers » à douter de sa bonne foi.

Aujourd’hui, ils sont des centaines à réclamer un remboursement sans aucun retour du concepteur. Pourtant le projet en lui-même a bel et bien dépassé son objectif de 40 000 dollars. Même si les copieurs chinois existent bel et bien, Yekutiel Sherman commence à être accusé de vendre son produit en Chine par des moyens détournés.

Via OddityCentral

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. « une semaine après le début de la levée de fonds, des copies de son projet sont apparues en Chine sur des sites e-Commerce tels que le géant Alibaba »

    Soyons serieux. Ça me fait plutôt penser que le « créateur » qui a piqué l’idée aux Chinois.

    Si il suffisait d’une semaine pour mettre un produit fini sur le marché le Note 7 serait un blockbuster

  2. Hé oui, avoir une bonne idée ne suffit plus. Et c’est tout le paradoxe de notre époque : en parler un peu pour avoir des retours afin de l’affiner, mais pas trop pour qu’elle ne soit copiée…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité