SkunkLock : Protéger votre vélo avec un antivol qui chlingue

skunklock-antivol-vélo

Cette idée nauséabonde (dans le sens propre du terme, ou sale, enfin bref, comme vous voulez) est proposée par la start-up américaine SkunkLock. Elle propose aujourd’hui un projet de crowdfunding visant à commercialiser un antivol du même nom dont l’arme de dissuasion est l’odeur.

D’apparence, le SkunkLock est un antivol tout ce qu’il y a de plus classique. Hormis sa couleur blanche et noire qui laisse penser à celle d’un putois (oui car la traduction de Skunk est putois), rien ne laisse présager de ce qui se cache dans ses entrailles.

Et ce qui s’y cache c’est le gaz D_1. Une formule conçue par Daniel Idzkowski, cofondateur et CEO de SkunkLock, et ses collaborateurs. Ce gaz est parfaitement légal car il n’est pas nocif pour la santé. Cependant, il a la particularité d’avoir une odeur extrêmement désagréable, à tel point qu’il peut faire vomir instantanément ceux qui le respirent.

La bonbonne de gaz est amorcée dès lors que l’antivol est verrouillé. Si le voleur essaye de le couper à la pince (comme cela arrive souvent), le gaz est alors immédiatement libéré.

Pour être sûr que vous n’ayez pas vous-même à vous frotter au putois de la sécurité, la société proposerait, si son projet aboutit, un service de clé de rechange. Chaque antivol SkunkLock serait ainsi marqué d’un numéro de série qui permettrait d’obtenir une clé de rechange adaptée (en cas de perte) en quelques jours tout au plus.

Le projet est sur Indiegogo et a déjà dépassé l’objectif à atteindre de 20 000 dollars. La société SkunkLock espère débuter la commercialisation du produit d’ici juin 2017.

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité