La plus ancienne compagnie de Taxi de San Francisco attaque Uber en justice

Flywheel, la plus vieille compagnie de Taxi à San Francisco, réclame 5 millions de dollars (environ 4,5 millions d’euros) de dommages et intérêts à Uber.

Les raisons de cette attaque en justice ? Depuis que qu’UberX est arrivé en 2012, la société Uber serait en train de dumper le marché des taxis en pratiquant des prix inférieur à ce que lui coûte son propre service et en compensant la perte à l’aide du soutien de riches financiers.

« Cette action en justice et faite pour tenir Uber pour responsable de pratiques illégales. Il ne s’agit pas d’étouffer la concurrence ou d’écraser les innovations technologiques. Nous voulons que les compagnies de taxis soient traitées équitablement, en vertu de la loi, et qu’elles soient concurrencées sur un pied d’égalité. »

La technologie d’Uber dérange partout où la société s’installe

Voilà une affaire qui n’est pas sans rappeler l’ire des taxis français face au service UberPop qui permettait à tout un chacun d’effectuer du « covoiturage » tarifié sans aucune licence de taxi. Une licence qui coûte entre 50 000 et 200 000 euros selon le secteur d’opération du conducteur.

Uber dérange les anciennes compagnies de taxis partout où il s’installe. A San Francisco, la justice devra vérifier cette affaire de dumping qui est effectivement illégale. Une société n’a normalement pas le droit de pratiquer des prix en deçà de ce que lui coûte le service facturé (en tout cas pas longtemps).

Peu de chance que la justice américain tranche en faveur des taxis

Cependant, Engadget rapporte les propos d’un professeur de droit de l’Université de Stanford. Celui-ci pense que l’action en justice a peu de chance d’aboutir. « Les plaintes concernant des concurrents pratiquant des tarifs trop bas sont rarement vues [par la justice] comme des preuves d’une conspiration visant à annihiler la concurrence avant de restaurer des prix à la hausse. Ces plaintes sont habituellement faites par ceux qui n’arrivent pas à concurrencer le marché. »

De son côté, TechCrunch rapporte la réponse officielle de la compagnie Uber suite à ces accusations. « Notre objectif est de fournir une alternative crédible à la voiture privée. Notre technologie rend notre réseau plus efficace au fil du temps, et des innovations comme UberPool nous permettent de baisser davantage les prix rendant le covoiturage accessible pour plus de personnes. »

L’affaire devrait mettre au moins un an avant d’être jugée.

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité