Evil Dead : Marre des zombies ?

evil-dead

Tu connais sur le bout des doigts les classiques de Georges Romero, et tes livres de chevet sont Le Guide de survie en territoire zombie et World War Z de Max Brooks? Ou tu as découvert les zombies avec The Walking Dead, en BD ou à la TV, et Z-Nation ? N’en as-tu pas marre de leurs manques de conversation et de leur obsession chronique pour la chair humaine ? Et si je te disais qu’il existe une version bien plus bavarde, déjantée et horrible que le zombie hollywoodien de base ? La franchise Evil Dead et ses Deadlites créés par Sam Raimi.

Evil Dead, film d’horreur à tout petit budget, sorti en 1981 est-il toujours d’actualité fin 2016 ? ABSOLUMENT ! Non seulement ce film marque le début du succès pour Sam Raimi en tant que réalisateur et scénariste, mais en plus il va générer toute une série de produits dérivés tous plus étonnants les uns que les autres, y compris Ash vs Evil Dead, une série de télévision depuis 2015 parmi les plus trash qu’il soit (sur Starz aux USA et OCS en France), une comédie musicale et une même une série de concert.

Et pourtant, même pour les fans d’horreurs — dont je suis — le premier film de 1981 est certes très bon, mais son contenu est pourtant un classique du genre : un groupe de jeunes gens isolés en pleine forêt réveille une entité maléfique et doivent y survivre. Ici, il s’agit du vieux livre maudit : le Necronomicon Ex-Mortis, très largement inspiré par H.P.Lovecraft. Et les monstres sont des Deadlites, des arbres et des individus (vivants et morts, entiers ou en morceaux) possédés par les démons libérés par le livre.

De l’humour et une tronçonneuse comme prothèse

deadlite

Si le film originel, et son remake de 2013 permettent de passer une bonne soirée à frissonner aux moments opportuns (et ils sont nombreux !) ou d’être dégoutés (la scène de viol sylvestre m’avait marqué lors de mon premier visionnage à 12 ans), ils ne diffèrent pas des multiples films produits dans la même veine dans les années 70 à 90. La différence survient en 1987 avec la sortie d’Evil Dead II, la suite réalisée par la même équipe, mais avec des moyens plus conséquents. Pourquoi ?

Parce qu’un élément fait désormais son apparition : un humour noir, gras et complètement déjanté. Celui-ci et certains éléments, dont la fameuse prothèse-tronçonneuse, vont lui conférer un statut de film culte, et en faire une des premières vraies comédies d’horreur. À tout moment, le spectateur oscille entre la grande frousse et le fou rire. Même après le dixième visionnage.

Sa suite, L’Armée des ténèbres en 1992, prends un tournant vers la fantasy et un côté -très légèrement- plus « familial », mais reste bien secouée et rencontre un beau succès. Depuis, malgré des rumeurs constantes d’un film qui mettrait Ash Williams (le héros bellâtre et au QI d’huître des Evil Dead) face à Freddy Krueger (issu de la franchise des Griffes de la nuit) et Jason Voorhees (des Vendredi 13), la saga reste en sommeil sur les écrans jusqu’au remake de 2013.

Evil Dead The Musical : poutrer du zombie en chansons

Pour autant, Ash et ses Deadlites s’affronteront sur différents supports : jeu vidéo bien entendu, mais aussi bande dessinée (où Ash s’associera avec Xena, la princesse guerrière grecque) et surtout comédie musicale. Née en 2003 au Canada, cette comédie musicale reprend la trame d’Evil Dead I et II et lorgne du côté du Rocky Horror Picture Show pour l’ambiance, interaction sanglante et loufoque avec la salle comprise. Après avoir tourné un peu partout aux États-Unis, elle est actuellement en résidence à Las Vegas. En attendant peut être une version européenne et francophone, pour faire passer le goût des dégoutantes adaptations chantées de Dracula et du Bal des vampires ? Le renouveau de la franchise n’est pas prêt de s’arrêter puisque la nouvelle série TV, Ash vs Evil Dead, reprend l’intrigue 30 ans après Evil Dead 2.

Trois décennies plus tard, Ash n’est plus si beau gosse, mais il reste aussi bête et égocentrique. Il trouve le moyen de réveiller le Necronomicon et ses Deadlites. Aux côtés de Bruce Campbell dans le rôle-titre (comme dans les films) et de petits nouveaux, cette série s’est adjugée certains poids lourds au casting comme Lucy Lawless (Xena en personne) ou Lee Majors (L’homme qui valait 3 milliards et qui tombe à pic). Sans pour autant renoncer à ses délires d’hémoglobines ni ses moments d’angoisse.

Actuellement dans sa saison 2, cette série a tout pour redonner un coup de jeune à la saga. Et un grand coup de vieux aux zombies et autres walkers classiques, avec ou sans Lucille.

Les bandes annonces de la trilogie originale :

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. On a élevé les cochons ensemble pour vous permettre de tutoyer vos lecteurs ? n’importe quoi ce site !

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
  2. Petite faute dans le 6ème paragraphe : le héros de Evil Dead se nomme Ash Williams (Ashley J. Williams), Campbell étant le nom de l’acteur
    Sinon merci pour l’article, vous avez fait plaisir à un fan 😉

        1. 72H de passées, le titre a été modifié, mais toujours pas le contenu de l’article…
          C est une blague…

  3. « mais son contenu est pourtant un classique du genre : un groupe de jeunes gens isolés en pleine forêt réveille une entité maléfique et doivent y survivre »

    Normal, vu que c’est The Evil Dead qui a été le précurseur en quelque sorte ce concept. :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité