La politique environnementale de Trump peut-elle freiner Tesla ?

Elon Musk-tesla

Depuis son élection, Donald Trump cherche à revenir sur les accords de Paris et le crédit ZEV (zero-emission vehicle) mis en place pour motiver les fabricants à produire des véhicules propres. Or, Tesla Motors est un élève modèle en la matière.

Trump le promettait lors de sa campagne, il ne souhaite plus que l’économie américaine soit freinée par les questions environnementales. Comme il le croit, « le concept de réchauffement climatique a été créé par la Chine dans le but de rendre l’industrie américaine moins compétitive. »

Le président américain, semble t-il fidèle à ses vœux, tente donc déjà de revenir sur les accords de Paris signés le 12 décembre 2015 (la Chine et les USA faisant historiquement parti de deux signataires) et entrés en vigueur le 4 novembre dernier (le temps que les traités découlant de ces accords soient légalement ratifiés par l’ensemble des pays signataires, comme cela a été le cas aux Etats-Unis le 3 septembre dernier).

L’un des premiers coups de boutoir porté à la politique environnementale du pays, serait la suppression des crédits ZEV en Californie (et dans 9 autres Etats ayant adopté le modèle ces derniers mois).

Que sont ces fameux crédits ZEV (pour zero-emission vehicle) ?

Faisons simple, il s’agit de la matérialisation d’une note attribuée aux sociétés fabricants des véhicules motorisés, en fonction de leur participation aux mesures écologiques. Ces entreprises se doivent d’avoir un certain pourcentage de leur production alloué à des véhicules propres « zero-emission ». Plus cette valeur est élevée, plus la société reçoit de crédits ZEV.

Si les fabricants n’obtiennent pas assez de crédits ZEV (donc qu’ils ne fabriquent et ne vendent pas assez de véhicules propres), ils s’exposent à des poursuites. Pour éviter d’en arriver là, ils peuvent légalement acheter les crédits excédentaires des compagnies les mieux notées (puisque si l’une fait plus d’effort, elle compense les manquements de l’autre).

Perte de 139 millions de dollars sur la vente des crédits ZEV pour Tesla

Du fait de son activité centrée sur les voitures électriques, Tesla Motors est l’une des sociétés américaines gagnant le plus de crédits ZEV et en revendant une grande partie à des fabricants plus traditionnels. Tesla aurait ainsi généré près de 139 millions de dollars sur la vente de ces titres lors du troisième trimestre de son année économique en cours.

Si Donald Trump venait à supprimer ce procédé, Tesla Motors ne pourrait plus gagner cet argent, et tirer parti de ce système pour se valoriser face à certains de ses concurrents. C’est en tout cas ce que craignent certains investisseurs.

« Il y a de nombreux lobbies qui luttent contre la valorisation du crédit ZEV »

Pourtant, Elon Musk n’est pas de cet avis. « Le California Air Ressources Board (le CARB, organisme chargé de gérer le procédé des crédits ZEV en Californie) est incroyablement faible dans son application des crédits ZEV. La valeur est pathétiquement basse… Il y a de nombreux lobbies de grandes compagnies de l’automobile qui luttent contre la valorisation du crédit ZEV par le CARB, alors qu’il devrait agir dans ce sens là. C’est une honte que ce ne soit pas le cas. Résultat ? Vous pouvez à peine vendre un crédit ZEV pour un centime. »

Comprenez par cette déclaration du grand patron de Tesla à ses actionnaires (en août dernier), que même si la société gagne de l’argent sur la vente de crédits ZEV, les gains actuels sont extrêmement négligeables. Leur perte ne signifierait donc rien pour l’entreprise. Même si Elon Musk préférerait visiblement que le système se renforce au lieu de s’effondrer.

Actuellement la suppression de telles initiatives n’est encore qu’évoquée par le nouveau président mais inquiète les défenseurs de l’écologie, comme les financiers basant leurs investissements sur l’essor de la green economy.

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité