Anti-Trump : les scénaristes de Rogue One inquiètent la production

rogue-one-trump

Chris Weitz et Gary Whitta ne partagent pas que la scénarisation du film Star Wars : Rogue One. Ils partagent aussi, publiquement, des opinions politiques communes défavorables à la présidence de Donald Trump. Un fait qui pourrait s’avérer néfaste à la réussite du film au box office.

Car si chacun a le droit d’avoir ses opinions, on ne vous mentira pas en disant qu’il n’est pas de bon ton de les associer à son travail. C’est pourtant l’erreur que les deux scénaristes ont commise en associant plusieurs fois Donald Trump à l’Empire sur Tweeter. « S’il vous plait, notez que l’Empire est une organisation de suprématistes blancs, » déclare Chris Weitz. Ce à quoi a répondu Gary Whitta « opposé à un groupe multiculturel dirigé par de courageuses femmes ».

logo-alliance-rebelle On comprend tout de suite ici que les deux hommes soulignent les différentes accusations faites à Trump (concernant ses déclarations sur les femmes et les immigrés). Les scénaristes sont allés encore plus loin en se comparant eux-mêmes à l’Alliance Rebelle, en estampillant leur compte Twitter du logo de l’organisation paré d’une épingle (pour symboliser leur soutien des « groupes persécutés lors de cette élection »).

Les réseaux sociaux « véritables amplificateurs de messages » politiques

Bien entendu, ce qui est communiqué sur les réseaux sociaux est très vite amplifié par sa portée en termes d’audience. Nous en avons fait l’expérience, alors imaginez la même chose avec plusieurs centaines de milliers d’adeptes de Star Wars, ayant tous des idées politiques différentes. Il y avait ceux qui venaient les féliciter, ceux qui les blâmaient, et ceux qui ne comprenaient pas pourquoi on en parlait. Ce joyeux petit monde en est vite venu à s’écharper sur Internet, divisant l’audience auparavant « unie » derrière l’attente du prochain Star Wars : Rogue One.

Un phénomène qui inquiète beaucoup la production de Disney, à tel point que l’ESPN (la chaîne spécialisée dans les sports et appartenant à Disney) a rebondi sur l’affaire en demandant à ses employés (présentateurs, chroniqueurs, et autres intervenants) d’éviter de communiquer leurs opinions politiques sur les réseaux sociaux, et ce… même sur les comptes privés.

Chris Weitz et Gary Whitta ont depuis retiré leurs commentaires et présenté des excuses aux internautes.

« Dans n’importe quel métier, il vaut mieux éviter de politiser un produit que vous cherchez à vendre aux consommateurs. Vous devez absolument séparer votre produit de vos opinions personnelles. Si vous le faites, les médias sociaux deviennent un véritable amplificateur de votre message, » explique Tony Wible, un analyste économique de l’agence américaine Drexel Hamilton (dont les propos sont rapportés par le Hollywood Reporter).

Le politiquement correct face à la créativité cinématographique ?

Résultat de tout cela, une partie des internautes s’inquiète de la censure « économique » de plus en plus importante autour des films d’Hollywood. Ces derniers s’adaptent déjà aux politiquement correct d’Etat autoritaires comme la Chine (avec la réécriture des films Red Dawn, ou Total Recall reboot par exemple) et doivent désormais concilier avec l’humeur politique des spectateurs. Un terme revient souvent sur Twitter de la part de ces personnes concernées qui se demandent si l’on n’est pas en train de produire toute une génération de films « aseptisés ».

//Alerte point Godwin// Difficile en effet d’imaginer les producteurs d’aujourd’hui soutenir un film comme « Le Dictateur » de Charlie Chaplin alors que celui-ci usait vertement de son film pour critiquer un autre dirigeant d’Etat démocratiquement élu : Hitler.

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Que les petits « social justice warriors » commencent déjà à se faire un minimum de culture politique, ça leur évitera de l’ouvrir pour dire n’importe quoi.

    la géo politique ne laisse aucune place aux bon sentiments et à la moraline, on ne gère pas les intérêts d’une nation et d’un peuple avec une « bisounoursite aiguë ».

    Par ailleurs après nous avoir vendu un soldat du 1er ordre noir de peau on voit mal pourquoi « l’empire » aurait besoin d’être une organisation de suprématistes blancs.

    Bref encore une incohérence de plus dans la logique de de ces petits crétins qui annonce un scénario minable et risible pour ce futur opus.

    Dysney ferait mieux de les lourder et de trouver des vrais scénaristes avec une vrai culture et surtout qui soient aptes à inventer des mondes crédibles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité