Le Royaume Uni vote la « plus extrême des lois de surveillance »

loi-surveillance-royaume-uni

Le Royaume Uni a validé l’application d’une loi permettant aux services judiciaires et de renseignements de surveiller les navigations Internet des citoyens britanniques.

Présentée par l’Etat comme une mise à jour de la RIPA (La Regulation of Investigatory Powers Act est une loi passée discrètement en 2000 et autorisant les services secrets à collecter des données et hacker les services informatiques. Elle a été révélée au public lors de l’affaire Snowden), cette nouvelle loi précise deux choses majeures.

Surveillance en temps réel de tous les citoyens britanniques

Tout d’abord, elle oblige les fournisseurs d’accès Internet à stocker, en temps réel, les historiques  de navigation de tous leurs clients. Ces derniers seront bien entendus chiffrés afin de ne pas être aisément piratable par d’éventuels hackers. Bien entendu, sur demande des services de renseignements ou des services de police, les fournisseurs d’accès devront lever le chiffrement des données.

Bien entendu certains garde-fous sont mis en place pour éviter les abus. Ces données ne pourront être utilisées qu’à l’usage d’un mandat spécifique, signé par le Secrétaire d’Etat et un commissaire de Justice indépendant. L’ensemble de la procédure sera mise sous la surveillance d’un nouveau “commissaire des forces d’investigation”.

Enfin, la seconde partie de cette loi autorise les services de renseignements à infiltrer n’importe quel ordinateur du territoire britannique, y compris ceux des particuliers.

Concrètement, cela veut dire que tous les citoyens britanniques seront désormais mis sous surveillance et que rien de ce qu’ils font sur Internet ne sera ignoré (les données doivent être stockées par les fournisseurs d’accès pour une durée maximale de un an).

Une initiative de Theresa May

Ce texte a été proposé en 2012 par Theresa May. Alors Secrétaire d’Etat, elle est désormais à la tête du pays et entend bien être écoutée. Depuis sa parution devant le Parlement Britannique, cette loi a été vivement critiquée par les organismes de protection des libertés civiles et des entreprises privées, y compris en dehors du Royaume Uni qui a d’ailleurs essuyé maintes fois les tirs de représentants des Nations Unies.

Pourtant, malgré les holàs, l’opposition n’est jamais parvenue à faire voter des amendements suffisants pour contrer le texte d’origine. De ce fait, Jim Killock, directeur de l’Open Right Group britannique décrit ce qui va suivre comme l’application de la « plus extrême des lois de surveillance jamais passées en Démocratie ».

Via ZDnet.com

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. pas: “sous” demande des services de renseignements … mais SUR demande
    pas: “sous” l’usage d’un mandat … mais EN VERTU d’un mandat
    pas: la procédure sera “mise” sous la surveillance … mais PLACEE sous la surveillance
    pas: entend visiblement “à se faire écoutée” mais SE FAIRE ENTENDRE

    1. Je vous accorde une grosse faute de français eu point numéro 4. Même si votre proposition ne souligne qu’une alternative syntaxique pas plus valable que la première. J’aurais préféré que vous ayez souligné la faute qui elle est importante.

      Point numéro 1, j’en ai aussi profité pour reformuler.

      Point numéro 2, il s’agit d’une différence de niveau de langage (courant / soutenu) et comme vous avez déjà pu le remarquer, notre charte éditoriale évite le langage soutenu.

      Point numéro 3, synonymes.

      Mais merci tout de même d’avoir participé.

        1. La différence entre SOUS usage ou Sous l’usage (toutes deux des propositions françaises) et “En vertu de” est effectivement une différence de niveau de langage. “En vertu de” étant d’ailleurs le plus souvent utilisé dans le verbiage juridique et législatif.

          Pour votre second point, merci de citer l’ensemble de la phrase et non une seule partie de la proposition.

          Sinon on est aussi ravi de modifier nos tournures de phrases à votre convenance lorsque c’est demandé avec courtoisie. Autrement on vous laisse jouer à chasser les mouches et on continue à travailler.

          A bon entendeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité