Ces sept choses dont nous allons finir par manquer

Rage

Chaque jour qui passe réduit un peu plus nos réserves de ressources naturelles. Si nous sommes tous conscients du phénomène pour des produits comme l’essence, l’eau ou encore le charbon, vous seriez surpris de découvrir ceux qui sont aussi sous la coupe de l’homme et du temps qui passe.

Prenons un moment pour apprécier certains de ces sept piliers du monde moderne dont vous feriez mieux de profiter… Tant que vous le pouvez encore.

Le chocolat

Chocolat

On en voit déjà qui vont une tête de six pieds de long… Malheureux, la majorité de l’approvisionnement en cacao provient de l’Afrique de l’Ouest, où de nombreux pays n’ont pas encore interdit des choses comme le travail des enfants ou l’esclavage. En d’autres termes, le genre de travail qui permet de produire le chocolat tel que nous le connaissons.

Mais avec tout cela, l’agriculture de fèves de cacao n’est pas lucrative pour ce travailleur d’Afrique de l’ouest. Parlons des conditions de travail ? Une récolte prend beaucoup de temps (chaque nouvelle récolte prend cinq ans pour se développer), elle doit être effectuée à la main, et pire encore, sous une atroce chaleur. À ce rythme, dans 20 ans, le chocolat pourrait devenir un luxe avec des niveaux de prix comparables au caviar.

A terme, avec les lois sur le commerce équitable, le travail des enfants et de l’industrie en général, lentement, le prix de la main-d’œuvre va monter, et faire subir aux agriculteurs des pertes encore plus grandes. Le chocolat sera juste trop cher à produire en masse.

De plus, ce n’est pas comme si d’autres parties du monde pouvaient prendre le relais. Le chocolat ne peut être cultivé que dans des zones précises, les exploitations de cacao se concentrent essentiellement à 10 degrés au Sud et à 10 degrés au Nord de l’équateur. Inutile de préciser que la situation dans ces pays n’est pas propice à la fabrication de chocolat pour les européens et américains.

Les sardines

Sardine

Moins glamour, on vous le concède. Celui-ci pourrait ne pas être aussi bouleversant pour certains d’entre vous, mais pour les amateurs de sardines, sachez que c’est Armageddon qui les attend au tournant, ces pauvres bestioles.

Le mois dernier, la flotte des navires de chasse à la sardine à l’Ouest Canada est revenue avec un rendement de… que dalle. Ce n’est pas seulement une perte de 32 millions de dollars, cela présage d’un avenir beaucoup plus inquiétant.

Les populations de sardines sont très sensibles la température de l’eau, et ces poissons minuscules ont été introduits dans les eaux froides du Pacifique dans les années 1990, résultat, il fait manifestement trop frais pour se reproduire. N’oublions pas la pêche intensive. Malgré les quotas et les limitations, à terme il faudra se passer de sardines.

Futurama l’avait prédit, mais avec les anchois.

futurama

Tequila

Tequila

Retour en 2007 : le rendement de l’agave bleu du Mexique n’était pas folichon folichon. 20% de la récolte avait été détruite. Pourquoi ? Principalement par manque d’entretien. Les agriculteurs tournent le dos à leurs cultures pour la même raison que les producteurs de cacao : le coût. La culture du maïs est beaucoup plus lucrative que l’agave bleu. Que fait un agriculteur quand il veut remplacer un champ ? Il crame tout.  Plutôt que de récolter ce qu’ils avaient déjà, les agriculteurs ont décidé de brûler les champs. Et comme la Tequila est faite à partir d’agave bleu…

Inutile de noyer votre chagrin en shooters ce soir, croyez-bien que les grands producteurs se sont bien préparés. De plus les agriculteurs indépendants devraient rapidement reprendre la main pour ne pas manquer ce marché juteux. Ceci dit, rappelons qu’il faut environ 12 ans à l’agave bleu pour être en mesure de produire suffisamment de fructose pour devenir de la tequila.

Ne reste plus qu’une solution, faites des réserves.

Hélium

Hélium

Qui n’a jamais voulu se siffler un peu d’hélium pour rire entre amis ? Il convient de continuer à rêver. Nous avons besoin de conserver autant d’hélium que nous le pouvons. Il est temps de le réaliser, mais, l’hélium est un produit indispensable au monde moderne. Des IRM à la fibre optique en passant par les écrans LCD, tous ont besoin de cet élément pour fonctionner. Sans lui, tout ce sur quoi nous comptons aujourd’hui pourrait partir à vau-l’eau.

Vous vous dites certainement que cela n’a pas de sens, on voit tellement de marchands de ballons ou encore de shows télé qui ne lésinent pas sur l’hélium. Eh bien… Vous auriez partiellement raison. Alors que nous allons en effet manquer de ce gaz noble, cela n’a pas empêché les États-Unis de continuer à vendre de l’hélium par tonneaux, et à des prix défiant toute concurrence.

Le gouvernement américain a constitué une réserve d’hélium national en 1925, et aujourd’hui, un milliard de mètres cubes de gaz sont stockés dans une installation près d’Amarillo, au Texas. En 1996, le Congrès a adopté une loi exigeant que cette réserve stratégique, qui représente la moitié des stocks d’hélium de la Terre, soit vendue pour 2015. En conséquence, l’hélium n’est pas assez cher et n’est pas traité comme une ressource précieuse.

Et quand nous en aurons réellement besoin, ce gaz nous coûtera un bras, 10 000 fois plus qu’aujourd’hui. Oui vous ne regarderez plus  « là-haut » de la même façon.

Là Haut

Le vin

Vin

Oui, nous vous entendons déjà pleurer. Hélas l’humanité n’est rien d’autre qu’un gros sac à vin…  Bien sûr, il peut y avoir un million de producteurs de vin à travers le monde, mais même en créant 2,8 milliards de bouteilles par an, ce n’est toujours pas suffisant pour répondre à la demande toujours plus croissante.

En fait, en dépit d’une hausse de 1% de la consommation mondiale de vin, la production a quant à elle diminué de 5% l’an dernier, un taux qui n’a jamais été aussi bas depuis les années 60. Et les mauvais élèves, ce sont les européens ! Troublant… Pourtant la production de vin de l’année dernière en Europe, qui produit environ la moitié de la production mondiale, a chuté d’un colossal 10%.

Ce qui laisse présager d’un avenir sobre, très sobre. Surtout si l’on nous sucre la Tequila par-dessus le marché.

Le fromage de chèvre

Chèvre

Après le sacre saint vin, que peut-on nous supprimer de pire ? Le fromage. Back to 2010 ! Le Royaume-Uni a connu une invasion majeure de la maladie de la fièvre Q, en conséquence de quoi, plus de 50 000 chèvres enceintes et moutons ont été abattus. Certains agriculteurs ont même décidé de mettre un terme à la reproduction. Cela n’aurait pas été un problème en soi, le hic, c’est que la source diminue, et la demande continue de monter en flèche.

Le fromage de chèvre est particulièrement populaire en Europe, c’est un fait, mais les chinois en sont extrêmement friands. Et ils sont prêts à payer beaucoup. Aussi, arrivera ce moment fatidique où nous serons face à l’un de ces deux problèmes… le prix ou la disponibilité.

Donc ne soyez pas surpris si vous constatez une envolée du tarif de votre Soignon du soir. C’est à nous rendre chèvre. Vous pensiez qu’on ne pourrait faire pire ?

Le bacon

Bacon

Vous pensiez que le bacon vous ferez mourir d’une crise cardiaque ? Nous y sommes, le lard va vous quitter. Selon la Britain’s National Pig Association (NPA), nous allons faire face à une pénurie mondiale de bacon (et d’autres produits à base de porc, d’ailleurs). Il semblerait à leurs dires que ce soit inévitable… Ne blâmez pas de suite votre appétit et votre estomac glouton, il y a une variété de facteurs qui contribuent à notre petit problème de porc.

Selon l’association anglaise, ceci est principalement dû à l’augmentation du coût de la nourriture, un coût qui peut à son tour être attribué à la faiblesse des récoltes de maïs et de soja de l’année précédente.

Mais ce n’est pas seulement la Grande-Bretagne. Ces mêmes tendances se reflètent dans le monde entier. Le ministère de l’Agriculture des États-Unis a publié un rapport en Août 2012 qui prédit avec exactitude que les éleveurs de porcs vont devoir réduire la production pour de minimiser leurs pertes.

N’oublions pas l’épidémie de diarrhée porcine, ou PED, qui a anéanti bon nombre de porcelets dans 15 états. Il n’y a pas de vaccin aux États-Unis pour l’instant. Cela ne signifie pas que vous n’aurez plus de bacon dès demain, toutefois les prix vont s’en ressentir… Porcinet va vous faire raquer.

Solution : Arrêtez de gaspiller ! (Mais après l’apéro 😉 )

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité