Une queue de dinosaure à plumes découverte en Birmanie

dinosaure-plumes

Présentée le 8 décembre dernier, la découverte enflamme le milieu de la paléontologie. Mesurant près de 3,5 centimètres, un morceau de queue de dinosaure portant encore des plumes a été découvert piégé dans de l’ambre birmane.

C’est Lida Xing, paléontologue de l’Université des Géosciences de Chine, qui a fait cette découverte en 2015. Il menait des recherches en Birmanie grâce à des mineurs locaux.

Le petit morceau de queue est extrêmement bien préservé dans l’ambre et comporte encore plusieurs plumes duveteuses. D’après les résultats de l’étude publiée dans le Current Biology le 8 décembre dernier, l’échantillon de 3,5 centimètres serait vieux de 99 millions d’années.

Les plumes d’un Coelurosaures : à mi-chemin entre le prédateur reptilien et l’oiseau

Il aurait appartenu à un jeune spécimen de dinosaure appartenant à la famille des Coelurosaures (il s’agit du grand ordre regroupant notamment la famille des tyrannosaures, vélociraptors et autres spécimen bien connus grâce au cinéma).

Les scientifiques émettent, depuis longtemps déjà, l’hypothèse que les différentes espèces de Coelurosaures ont présenté plus ou moins de plumes sur le corps (d’où le fait que dans les adaptations

dinosaure-plumes-full

Source : Current Biology

cinématographiques récentes le vélociraptor est présenté avec des plumes sur la tête quand ses anciennes versions n’en avaient pas) et cette découverte tend à confirmer leurs dires.

Jusqu’à présent, des plumes anciennes avaient déjà été retrouvées, mais jamais associées directement aux membres d’un dinosaure ce qui empêchait de certifier le lien entre l’animal et le plumage.

Le morceau de queue retrouvé en Birmanie contiendrait 8 vertèbres et pourrait avoir été long de 25 vertèbres au total. Le plumage, couleur châtaigne, serait trop souple pour permettre l’envol et cependant adapté au camouflage. La queue elle est de forme plate idéale pour la stabilisation en milieu arboricole.

« Les morceaux d’ambre préservent de petits clichés des écosystèmes anciens »

La découverte d’un fossile si bien préservé dans un morceau d’ambre n’est pas sans rappeler Jurassic Park. Dans le film, les scientifiques utilisent l’ADN conservée dans ces morceaux de résine solidifiée pour ramener à la vie les dinosaures.

« Les morceaux d’ambre préservent de petits clichés des écosystèmes anciens, mais aussi des détails microscopiques en trois dimensions et des tissus fragiles qui sont difficiles à étudier dans les autres fossiles » précise Ryan Kellar, coauteur de l’étude dans les propos rapportés par le Huffington Post.

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité