Une main robotique qui ressent la douleur ?

main-robot-sensation-toucher-douleur

Des chercheurs ont mis au point un prototype de main robotique capable de ressentir la sensation de pression sur sa peau artificielle. Une première avancée vers la perception de la douleur à la manière des robots.

Car aujourd’hui, si l’homme est capable de concevoir des robots d’une force supérieur (ou d’un équilibre supérieur si l’on pense aux dernières avancées d’Atlas) et des intelligences artificielles qui pourraient devenir plus intelligentes que lui, il n’est pas encore parvenu à aborder le problème des sensations et sentiments tels que les humains les perçoivent.

Or, vous en conviendrez, demander à un être intelligent de ne pas faire mal s’il ne sait pas ce que « faire mal » veut dire, c’est un brin compliqué.

Une étape pour y parvenir pourrait bien avoir été franchie par des scientifiques de l’Université de Cornell (Etat de New York) qui ont mis au point ce qu’ils ont intitulé « Optoelectronically Innervated Soft Prosthetic Hand via Stretchable Optical Waveguides » (Main prothétique souple optoélectroniquement innervées via des guides extensibles d’ondes optiques).

Derrière cette appellation barbaresque, comprenez par là qu’il s’agit d’un prototype de prothèse robotique dont la main est constituée un revêtement mou. A l’intérieur se cache un réseau optoélectronique (c’est-à-dire un circuit de signaux lumineux). Lorsque la membrane molle de la main est pressée (par exemple lors d’une poignée de main), l’espace à l’intérieur de celle-ci vient se réduire et gêner la transmission des signaux lumineux.

Un logiciel connecté à cette main mesure la déperdition lumineuse du système optoélectronique et est capable de convertir cette information en un nouveau signal d’information. D’un point de vue strictement opérationnel (non biologique), et simplifié, le système fonctionne comme le réseau nerveux humain. Celui-ci transmet une information au cerveau, qui l’interprète, et nous donne en réponse une sensation de douleur plus ou moins élevée en fonction de l’intensité du signal nerveux d’origine.

Dans leur étude, les chercheurs précisent qu’ils ont pensé cette main comme une prothèse high-tech qui équipera les handicapés humains par la suite. Car cette sensation de pression sur la peau synthétique peut aussi servir de base pour reconstituer des sensations de toucher.

Sur la vidéo ci-dessous, cette invention est exploitée pour reconnaître au toucher des objets tangibles.

Via Cornell Chronicle

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité