Les robots nous feront l’amour jusqu’à la mort

future-sexbot-robots

Des chercheurs s’alarment de la naissance des « sexbots » (des robots conçus pour le plaisir sexuel humain) et de l’impact négatif que cela pourrait avoir sur le taux de natalité, voir la survie de l’espèce humaine.

C’est lors de l’International Congress on Love and Sex with Robots (comprenez Congrès International sur l’Amour et le Sexe avec les Robots, et oui, ça existe) qui se tenait à la Goldsmiths University of London du 19 au 20 décembre, des chercheurs de tout bord se sont interrogés sur l’émergence des robots sextoys.

La robotique se développe à grande vitesse, et il ne fait plus aucun doute dans l’esprit des chercheurs et ingénieurs que l’humain va bientôt vivre au côté des robots. Si l’on connait déjà les nombreux débats éthiques et sur les dangers d’une IA incontrôlable (notamment par les travaux très médiatiques de Stephen Hawking), on n’avait pas encore vraiment parlé d’un sujet plus érotique : le sexe avec un robot.

Sera t-on capable de sécuriser le comportement des sexbots ?

Or des sociétés travaillent déjà sur le sujet et tentent de concevoir les prochain sextoys robotiques, si ce n’est les prochains péripapétitiens (à prendre au sens familier bien sûr). Selon le chercheur suisse Olivier Bendel, il est important de mettre en place des garde-fous pour réduire la propagation de ce type d’amant cybernétique.

Le premier argument concerne avant tout la sécurité. En effet, un robot, selon sa conception, peut déployer une force bien supérieur à celle de l’homme (ce n’est pas toujours vrai). Qui plus est, à moins d’être lourdement limité par ses capacités énergétiques, la machine ne fatigue pas.

Dans le cas d’un bug ou d’une programmation imparfaite, qu’arriverait-il si un robot refusait de s’arrêter en plein acte ? Assisterait-on au premier viol de l’homme par la machine, ou bien du décès d’un humain écrasé par des rouages, ou épuisé jusqu’à la mort ? Que de théories déplaisantes !

Et si hommes et femmes décident de s’abandonner au profit des robots ?

Là où cela devient vraiment intéressant, c’est sur les questions plus philosophiques. En reprenant les derniers arguments (notamment concernant l’endurance absolue des machines), mais aussi en ajoutant qu’elles seraient conçues pour être complètement à notre service, il n’est pas exclu de penser que le robot pourrait devenir un amant bien plus « compétent » que l’homme ou la femme. (Verra-t-on des robots à l’image de Jude Law faire le tapin dans la rue comme dans le film A.I. de 2001 ?)

Or, dans ce domaine, « si la machine surpasse l’humain elle ne fera que réduire les activités sexuelles entre humains » (propos rapportés par The Register). Pour Olivier Bendel, ne pas s’interroger sur de telles éventualités reviendrait à laisser possible un avenir où la natalité humaine ne serait plus assurée que par des systèmes artificiels, où l’homme dépendrait encore plus de la machine.

Dans le pire des scénarios, le chercheur admet même qu’en cas d’échec de ces systèmes, l’humanité pourrait se réduire jusqu’à disparaître.

 

Actuellement, les sexbots sont encore bien loin de l’image étudiée lors du congrès. La technologie actuelle est principalement focalisée sur le mimétisme plus que l’application de l’intelligence artificielle. Vidéo à caractère érotique déconseillée au public de moins de 16 ans selon les réglementations françaises en vigueur.

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. « Pour Olivier Bendel, ne pas s’interroger sur de telles éventualités reviendrait à laisser possible un avenir où la natalité humaine ne serait plus assurée que par des systèmes artificiels, où l’homme dépendrait encore plus de la machine. »

    Un peu comme dans une société où à force de faire du prosélytisme LGBT on se retrouve sans hétéros pour faire des gosses naturellement.

  2. Encore une preuve irréfutable que notre cerveau humain est conditionné à penser qu’il faut toujours plus d’humains sur la planète. On nous parle d’un « impact négatif que cela pourrait avoir sur le taux de natalité, voir la survie de l’espèce humaine. ». Mais c’est surement ce que la terre peut espérer de mieux. Et avant de voir le moindre danger de disparition, il faudrait déjà commencer par arrêter cette épidémie. Les humains aujourd’hui rongent la planète comme des termites l’acharnent sur une vieille souche d’arbre.
    Il faut reprogrammer l’homme pour penser autrement la vie humaine, et sa reproduction. Mais malheureusement nous sommes conditionnés par des médias et des scientifiques américains, qui sont quasiment tous croyants, et pensent donc expansion de l’espèce humaine comme une chose positive de la volonté de dieu. Sauf qu’à trop être sur terre, on aura juste plus de misère, de guerres de ressources, pour du pétrole, de l’argent, de la nourriture, plus de gâchis, plus d’impact sur l’écosystème.
    Pour en revenir à l’article de toute façon, le jour ou on saura faire des robots aussi bons au pieu, on saura surement faire des bébés sans le ventre des dames…. Comme dans Matrix … Sachant qu’on commence déjà à savoir imprimer en 3D des organes structurés et semi-fonctionnels. La science fiction n’est souvent qu’anticipation.

  3. « Prosélytisme gay » ? « embrigader » les gens pour devenir gay ? Ça serait surement aussi inefficace que de forcer un gay à devenir hétéro.
    J’aime pas ce terme de prosélytisme, parce qu’il déforme la réalité. Aucun gay ne fait de la pub pour sa sexualité, contrairement aux dogmes religieux qui ont l’air obsédés par la question du sexe et de la fin du monde.

    1. « J’aime pas ce terme de prosélytisme, parce qu’il déforme la réalité. Aucun gay ne fait de la pub pour sa sexualité »

      ah bon ?

      les LGBT ne font pas de prosélytisme ?

      les gay pride ne sont donc pas l’expression du prosélytisme en faveur des homosexuels ?

      le fait d’afficher un « rainbow flag » n’est pas du prosélytisme ?

      le mot serait donc réservé aux idéologies conservatrices mais pas au pseudo progressisme de la gauche bobo.

      bande de charlots, z’estes pas foutus de vous regarder le nombril sans vous rendre compte que tout le monde en a un.

      « Il faut reprogrammer l’homme pour penser autrement la vie humaine »

      reprogrammer, comme dans les camps de jeunesse hitlerienne par exemple. Une vielle marotte de gauchiste. L’homme nouveau ça fait 300 ans que les gauchistes républicains et leur potes fascistes nous le sort.

      Je vous laisse également votre super projet transhumaniste qui si vous le poussez un minimum vous fera peut être comprendre que l’humain n’y a juste pas sa place.

      mais bon avec les nihilistes de votre acabit on attend pas grand chose.

      Vous voulez faire de la place, n’empechez pas les autres de faire des gosses, pendez vous !!!

  4. Peut-être un risque que la natalité décroisse dans les pays riches, qui auront les moyens de se payer ces machines, mais pour tous les autres… à l’ancienne !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité