Cororico : la première vraie route solaire est française !

Route solaire

On vous parlait il y a peu de l’intention de Bouygues de participer à l’installation de routes solaires un peu partout en Europe, et surtout en France. Comme prévu, c’est la Normandie qui a eu les honneurs et accueille désormais le premier tronçon public de route solaire.

Les routes solaires, ce sont des chemins couverts de panneaux photovoltaïques permettant de produire de l’énergie sans occuper d’espace supplémentaire dans les campagnes. Évidemment, ils sont praticables et permettent la circulation de plusieurs voitures, ce qui assure un gain de place assez important.

Si c’est loin d’être la première fois qu’on parle de la « première » route solaire, c’est parce que plusieurs projets ont vu le jour un peu partout dans le monde, mais il s’agissait principalement de zones restreintes en test. Aujourd’hui, c’est un tronçon long de 1 km qui a été installé dans la commune normande de Tourouvre-au-Perche. Une initiative qui a coûté quelques 5 millions d’euros et qui devrait, selon la ministre de l’Environnement Ségolène Royal, n’être que « la première étape d’un  programme de déploiement sur les quatre années à venir » sur tout le réseau routier national.

 

Crédit photo : Christophe Petit Tesson/EPA

Tags :Sources :Ubergizmo
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Autant je suis fan d’innovations électriques, autant cette solution est douteuse quant aux investissements nécessaires, son rendement et son coût d’entretien.

    Il y a déjà des études qui ont été menées sur le sujet, et l’avantage de la « place » s’efface rapidement devant tous les autres inconvénients.
    Si encore on générait de l’énergie à la pression, lors du passage des véhicules, ça pourrait avoir un intérêt supplémentaire.

    Je vais faire hurler sans doute mais c’est pour moi comme le diesel : une mauvaise solution – dont les défauts étaient connus dès le départ, notamment la pollution – mais que l’on va favoriser malgré tout pour des raisons commerciales et de marché.

  2. Un coût exorbitant et une durée de vie éphémère, déjà l’état du bitume après le passage des camions alors des panneaux solaires !
    C’est plus judicieux de mettre les panneaux au dessus de la route, on circule dessous à l’abri du soleil ou de la pluie

    1. En fait non, la longévité est meilleure de que l’enrobé. L’enrobé est un matériaux flexible, qui se déforme sous le poids des véhicules (lourds, camions, autocars surtout), il s’abime aussi très vite avec le gel.
      Ces routes solaires sont composées de pavés assemblés, rigides mais pas cassant comme l’étaient les routes en ciments à leur époque à cause des vibrations.
      Bref la voie d’en face aura été refaite avant celle en pavés solaires.
      Après je vois plutôt l’utilité de ces routes en centre-ville, pour alimenter en appoint l’éclairage public. En campagne, la perte de tension liée au transport de l’électricité sur de longues distances, et si chèrement produite, me semble trop importante.

  3. Je serais curieux de voir le comportement de ce revêtement lors de pluies ou de gel. Cela ne se transformera-t-il pas en patinoire géante? De plus, c’est situé en pleine campagne. Bonjour les dégâts lors des passages des tracteurs, avec son lot d’inconvénients (boue, chute de chargement, etc.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité