Dossier 2017 : des enjeux politiques et écologiques majeurs

vidéo Terre 4K ISS

Après avoir porté notre regard vers les étoiles en consultant les grands enjeux de l’aérospatial en 2017, nous redescendons sur Terre. Cette année les regards de toutes les nations vont encore une fois se tourner vers les USA et la Chine en matière d’écologie. Et selon leurs choix de grandes avancées (ou pas) pourraient avoir lieu pour la sauvegarde de notre habitat.

Le 12 décembre 2015, les Accords de Paris (COP21) ont été historiquement approuvés et signés par les délégations des 195 nations représentées. Plus notable encore, le terrain d’entente trouvé entre les deux plus grands pollueurs de la planète : les Etats-Unis d’Amérique et la Chine.

Problème, même si la plupart des Etats ont par la suite ratifié le traité (voté démocratiquement et adopté pour des mesures concrètes), aux USA, le nouvellement élu Président Donald Trump, a plusieurs fois exprimé son intention de revenir en arrière sur les accords de Paris. Considérant le réchauffement climatique comme « une invention des Chinois pour ralentir l’économie de son pays », Donald Trump espère pouvoir faire annuler les mesures prises sur le sol américain dans le cadre des accords de Paris.

La Chine enfin sur le devant de la scène écologique

chine

La Chine pourrait devenir leader dans le domaine des mesures écologiques. C’est notamment en 2017 que le système « cap-and-trade » chinois doit entrer en vigueur. Il s’agit d’un programme visant à introduire la notion d’émission de gaz à effet de serre dans la régulation de l’économie du Pays. Celle-ci pourrait donc ralentir afin de limiter les émissions polluantes de la Chine.

Ce projet s’accompagne par la création d’un fond de près de 3 milliards de dollars visant à aider les pays en voie de développement à initier leur révolution industrielle en respectant l’environnement et en apprenant des erreurs des pays plus anciens.

Cependant, le « cap-and-trade » repose sur une entente avec les Etats-Unis qui se sont engagés à suivre des schémas équivalents. Des experts s’inquiètent donc de voir la Chine reculer dans ses engagements si Donald Trump procède de même.

Des secousses politiques douloureuses pour la recherche

Donald Trump

De leur côté, les USA attendent de voir ce que l’administration Trump va produire. Celle-ci pourrait remettre en cause les travaux de recherche de la NASA en matière de climat et de sciences écologiques (développement de technologies visant à restaurer l’équilibre naturel, comme le fameux aspirateur de CO2 sur lequel planchent de nombreux scientifiques internationaux). Les crédits de recherche récupérés seraient affectés à d’autres projets visant à décupler la puissance industrielle du pays (comme l’a promis Donald Trump).

Notons qu’en Europe, la communauté scientifique est aussi dans l’expectative en attendant de constater les résultats du Brexit sur les programmes de recherche internationaux. La Grande Bretagne ayant voté son retrait de l’Union Européenne (actuellement en cours de négociation avec les autorités responsables), il se pourrait bien que nombre de projets scientifiques (y compris écologiques avec l’étude des glaciers, de l’importance des Océans dans l’absorption du CO2, etc…) soient abandonnés faute de pouvoir profiter des crédits alloués par l’UE.

La Mer de Ross devient la plus grande réserve naturelle maritime du monde

mer-ross

On finira ce papier sur une nouvelle rassurante et importante. 2017 sera aussi l’année de l’inauguration de la réserve marine la plus large jamais créée. Après des années de négociations infructueuses, notamment du fait de désaccords majeurs avec la Russie, cette réserve protègera de la pêche et de l’exploitation minière près de 1,55 millions de kilomètres carrés de la Mer de Ross. Cette dernière se trouve à 3500 kilomètres au sud de la Nouvelle-Zélande et est l’une des baies les plus importantes du continent blanc : l‘Antarctique.

Dès décembre 2017, ces eaux seront protégées par 24 nations de l’Union Européenne, ainsi que la Russie. La Mer de Ross est un spot maritime d’une extrême importance pour la vie sous-marine, et sa protection devrait à la fois servir de terrain d’étude idéal pour les chercheurs, mais aussi stimuler des actions similaires dans d’autres régions du globe.

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Si le monde entier pouvait profiter de ces 4 années Trump pour avancer vers les technologies du futur, en laissant les Etats-Unis retourner à l’âge du charbon, les rapports de force pourraient bien changer.
    Si seulement les énergies fossiles aujourd’hui vont devenir aussi « has been » que l’est devenue la vapeur à l’arrivée du moteur thermique et de l’électricité entre la fin XIXe et début XXe…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité