Dossier séries télé : Mieux que l’espace, le voyage dans le temps !

dossier-series-tele

Vous avez un budget limité ? Vous voulez faire une série de science-fiction ? Au lieu d’expédier vos acteurs dans l’espace, envoyez-les faire un tour dans le temps ! Déplacement physique ou simple faille permettant de discuter avec le passé, que votre point de départ soit dans le futur ou dans l’époque actuelle, le voyage dans le temps et ses conséquences a été à la mode en 2016, et le sera encore plus en 2017.

Nostalgie d’une époque bénie où les scénaristes comme nous dévorions religieusement chaque épisode de Code Quantum avec Scott Bakula et Dean Stockwell ? Envie de se réfugier dans le passé alors que l’époque actuelle n’est guère réjouissante IRL ? Restriction budgétaire ? Ou tout simplement mimétisme ? Toujours est-il que le voyage dans le temps inspire les scénaristes de séries TV américaines actuelles.

Et la tendance continuera aussi en 2017. Tout commence en janvier 2015 avec le lancement par Syfy de 12 Monkeys, la série adaptée de L’armée des 12 singes, de Terry Gilliam. Tout aussi alambiquée que le film qui avait Bruce Willis et Brad Pitt en vedette, cette série passe son temps entre notre époque, un 2035 apocalyptique où l’humanité a été dévastée par un mystérieux virus, avec quelques sauts au 20e et au 22e siècles pour faire bonne mesure.

L’ensemble, bien qu’une production SyFy, annonçait déjà le virage vers la qualité de type The Expanse de la chaîne plutôt qu’une production kitsch à la Sharknado ou Aftermath. D’ailleurs, le résultat est là, et la série est renouvelée pour une troisième saison aux USA. Bon officiellement, il y a bien la série canadienne Continuum (diffusée également sur SyFy France) qui joue la carte du voyage temporel depuis 2013, mais l’intrigue est plus policière qu’autre chose, et j’avoue que le rythme de l’action digne des meilleurs Julie Lescaut ou Joséphine Ange Gardien, m’ont fait décroché trop vite pour que je la retienne.

Superhéros et tribulations sentimentales

La carte temporelle est aussi jouée par CW dans ses séries liées aux super-héros DC. Elle est abordée par The Flash, où le héros est confronté à un ennemi de son futur remonté dans le passé – en courant ! – tuer sa mère et faire condamner son père pour meurtre. Elle est au coeur de l’intrigue de Legends of Tomorrow, où un assortiment de super-héros et de super-vilains sont réunis pour naviguer dans le temps et l’espace et tenter de sauvegarder l’Histoire. Conçue comme une série de mi-saisons, Legends of Tomorrow, malgré une débauche d’effets spéciaux, ne se prend pas au sérieux et n’est pas forcément constituée de l’équipe ni la plus futée, ni la plus unie de l’univers DC TV.

Elle se laisse néanmoins agréablement regarder et se marie bien avec ses cousines lors des crossovers. Désormais dans sa deuxième saison aux USA, elle devrait logiquement être renouvelée pour une troisième saison. En France, elle est diffusée par TMC et la première saison est disponible sur MyTF1. Le concept de voyage dans le temps semble tellement séduisant pour CW, qu’outre Legends of Tomorrow et toujours plus de courses temporelles dans la saison actuelle de The Flash, la chaîne a lancé cet automne une nouvelle série, Frequency. Celle-ci reprend le thème du film de 2000, Fréquence Interdite, et met en relation une inspectrice de la police de New York, avec son père policier et mort en 1996, via un poste de radio amateur.

 Ayant dans le pilote sauvé son père de la mort, l’inspectrice a changé son présent et doit travailler à travers le temps avec son père pour résoudre une vieille enquête et réparer la ligne temporelle. Simple non ? Ajoutez-y quelques complications sentimentales, comme un fiancé qui ne se rappelle plus de son existence et vous aurez une bonne amorce de série agréable à suivre mais sans trop de nœuds au cerveau. Sur le même principe – réparer le passé et gérer des complications sentimentales – la Fox a tenté cette saison Timeless.

 Le pitch ? Lorsqu’un terroriste s’empare d’une machine à remonter le temps pour détruire le concept même d’Etats-Unis, un trio est assemblé pour l’arrêter : un commando qui ne se remet pas de son veuvage, une jeune historienne en passe de titularisation et le pilote/geek qui prend la machine de remplacement pour les emmener à la bonne époque.

Chaque épisode recrée une période particulière de l’histoire américaine, et au fur et à mesure, on s’aperçoit que le méchant n’est peut être pas si insensé et que l’équipe derrière la construction de ces machines à remonter le temps n’a peut être pas une blancheur Persil. Ajoutez y un fiancé qui apparaît et une sœur qui disparaît et un complot de la CIA pour faire bonne mesure. Vous obtiendrez une bonne petite heure de télé hebdomadaire.

Quand l’Histoire nous parle du présent

Mais le voyage dans le temps peut aussi servir de trame à des séries plus ambitieuses. Notamment pour les sites de vidéo à la demande. Et dans le genre c’est Hulu qui commence avec 11.22.63, une série adaptée du roman de Stephen King, 22/11/63. James Franco y joue le rôle principal , celui d’un professeur de lettres divorcé qui repart dans les années 60 pour tenter d’empêcher l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy et y trouve l’amour. La série sera diffusée à partir du 19 janvier prochain sur Canal +. Actuellement sur Netflix, vous pouvez voir Travelers – Les voyageurs du temps.

Ici, 2016 est le passé. Des voyageurs temporels du futur s’emparent du corps de personnes au moment où elles meurent et exécutent de mystérieuses missions pour le directeur, tout en s’insérant tant bien que mal dans la vie quotidienne de leurs hôtes. Ce décalage entre les voyageurs et leurs hôtes permet à la série d’aborder des problèmes importants : mère célibataires et compagnons abusifs, traitement des adultes sous tutelle, drogue, etc.

Et fait rentrer Travelers dans la lignée des séries « intellectuelles » dont veut se doter Netflix comme Sense 8 ou Stranger Things. Dans ces deux dernières séries, le voyage temporel sert aussi à s’interroger sur notre époque et son évolution, ou sa régression. Au delà du divertissement, ou peut être en l’oubliant en route suivant vos goûts, ces séries vous forcent à revoir vos propres valeurs à travers un point de vue différent (venu du passé dans 11.22.63 et du futur dans Travelers).

Comme le dit ce cher Honoré de Balzac, « pour l’homme, le passé ressemble singulièrement à l’avenir. Lui raconter ce qui fut, n’est-ce pas presque toujours lui dire ce qui sera ? 

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
    1. Ca tombe bien, je n’ai jamais dit que c’en est. Juste que ce sont des séries « intellectuelles », par opposition à des séries fun mais ne proposant pas de véritables casses-têtes aux spectateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité