Dossier : Pokémon Go pourra-t-il atteindre les 1 milliard de recettes prévu par les analystes

pokemon-go

Quand Pokémon GO a été lancé, la demande de l'application a été absolument extrême, les analystes ont donc évoqué des prédictions exceptionnelles en termes de chiffre d'affaires. Si l'on en croit ces Nostradamus, le jeu avait le potentiel de réaliser pas moins d'un milliard de recettes sur l'année (partagées évidemment entre tous les acteurs, de Nintendo à Niantic).

« On vous le rappelle, cette application est gratuite. Comme bon nombre d’autres jeux reposant sur le concept du freemium, la marque gagne de l’argent par le biais de micro transactions réalisées à l’intérieur du jeu. Dans Pokémon GO, on peut par exemple acheter du matériel pour améliorer les conditions dans lesquelles on chasse le pokémon (c’est douloureux lorsqu’on tombe sur un Dracolosse et qu’on n’a plus de pokéballs à disposition). »

Mais, parfois les analystes se trompent… Dans le bon sens pour les entreprises

En effet, ces derniers ont sous-estimé le potentiel de Pokémon GO, qui n’a pourtant toujours pas profité de killer MàJ. Effectivement, pour le moment, le jeu a récolté la somme exorbitante de 950 millions de dollars, seulement pour 2016. Eh oui, l’opus est sorti en juillet 2016, et il lui reste donc 6 mois pour faire manger leurs prévisions aux devins de la finance. De quoi en faire rager certains. L’application atteindra sans problème le milliard de dollars et devrait même le dépasser si une mise à jour amène de véritables fonctionnalités, comme les combats ou les échanges de Pokémon.

Toutefois, des remparts sont évidents 

Des marchés contre le jeu !

Au rythme où vont les choses, les objectifs seront atteints. Il ne faut toutefois pas négliger que le nombre de joueurs – qui plus est ceux qui payent les achats intégrés – se raréfie, et que le jeu est bannit dans des zones géographiques colossales, notamment la Chine :

« Selon Reuters, après étude approfondie des autorités concernées, il apparaît que Pokémon Go représente « une menace pour les transports et la sécurité personnelle des utilisateurs« . Le jeu repose aussi grandement sur les « informations géogrpahiques« , des données très sensibles pour le gouvernement. Et puisque celui-ci s’est vu refuser le droit d’exister sur le marché chinois, il en sera de même pour les jeux similaires, y compris ceux développés dans le pays. »

Winter is coming

Ainsi donc, sans mise à jour majeure, le jeu passera certes le milliard, mais sans avoir de résultats exceptionnels. Certains marchés sont réfractaires et que ce soit les fonctionnalités ou les graphismes, Niantic peut mieux faire. C’est un jeu saisonnier, pluie et froid nous enferment à la maison, et nous devrions sans doute attendre le printemps pour profiter de progrès tangibles. 

Le partage est un impondérable tout ne sera pas uniquement pour Nintendo

« Simplement, l’application a été développée de concert avec Niantic, et Nintendo ne possède « que » 32% de Pokémon GO. Ils ne possèdent pas les droits de Pokémon, ils se contentent de les partager avec Game Freak and Creatures. Autrement dit, ce jeu est une bénédiction pour leur image et pour attirer les potentiels investisseurs, mais pas tellement financièrement (dans une moindre mesure, ils gagneront évidemment de l’argent). »

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Nintendo, Niantic, Pokemon, et la CIA? Ah non eux récoltent uniquement vos photos et données de géolocalisation. « Tiens il se passe quoi là-bas? » « Fais pop un Poketruc rare et tu verras bien »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité