Viré, il demande 200 000 dollars pour réinitialiser les mots de passe de son école

mots-de-passe

L’American College of Education (ACE) a fait les frais d’un sérieux manque d’expérience en matière de service d’informations. Ils ont renvoyé leur administrateur IT qui s’est empressé de leur redemander 200 000 dollars pour déverrouiller les comptes mails des étudiants.

Drôle d’affaire que cette histoire qui fait la UNE aux Etats-Unis. Tout commence par la décision de l’American College of Education (ACE, une école privée) de se séparer de son équipe de techniciens IT afin de tout faire réaliser, à moindre frais, par des prestataires extérieurs.

Problème, ils ont aussi renvoyé Triano Williams qui était auparavant l’administrateur de leur solution de bureautique Google. Comprenez par là que toute la plateforme bureautique exploitée par les étudiants (et professeurs) était au nom de Triano Williams, et lui seul en avait les mots de passe d’administration (première grosse erreur de la part de la direction de l’établissement).

Par la suite, les étudiants n’ont plus été en mesure d’accéder à leurs messageries Google, et l’ACE a tenté de corriger ça depuis le panneau d’administration de la plateforme bureautique. Celle-ci a été très vite bloquée par Google qui a détecté un trop grand nombre de tentatives échouées pour trouver le mot de passe.

Une forme de prise d’otages ?

L’ACE a donc contacté Triano Williams qui l’a dirigé vers son avocat, lequel a sollicité un chèque de 200 000 dollars et une lettre de recommandation pour son client. Finalement c’est un petit peu la prise d’otage de toute un système d’information par un individu plus malin que ses anciens employeurs.

Cela dit, si la Justice américaine compte entendre le fin mot de l’histoire, c’est parce que ces 200 000 dollars sont réclamés à titre de dédommagement pour des « comportements discriminatoires et racistes » de l’ACE envers ses employés techniques.

Via Gizmodo.com

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Ce n’est pas une question d’être malin ou non. L’IT ne payait probablement pas tout le système de sa poche à Google, le service est donc la propriété de l’école. Ce n’est ni plus ni moins qu’une escroquerie qui ne pourrait pas aller bien loin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité