Une molécule qui pourrait révolutionner le traitement contre le SIDA : ABX464

Sida

Depuis septembre dernier, la petite société de biotechnologie Abivax, basée à Montpellier, a uni ses forces avec le CNRS, l’université de Montpellier et l’équipe du Professeur Jamal Tazi vers un but : la recherche contre le SIDA. Dernièrement, c’est la molécule ABX464 qui est au centre de toutes les attentions.

Selon les responsables de l’entreprise montpelliéraine, les recherches avancent dans la bonne direction et permettraient, grâce à cette molécule, de changer le quotidien des personnes séropositives, en allégeant l’actuel et lourd traitement en trithérapie, notamment.

Il ne s’agit pas d’éliminer le virus, mais de mieux le contrôler. Le vice-président de la société, Didier Scherrer, explique le fonctionnement de l’actuelle thérapie anti-VIH :

« Une personne atteinte par le VIH est obligée de prendre son traitement tous les jours. Si le traitement est arrêté, le virus se multiplie, et reprend de plus belle. »

La molécule permettrait une baisse significative de la charge virale dans l’organisme, inhibant le processus permettant la réplication du virus du SIDA dans la cellule et limitant l’effet rebond.

Pour le moment, les premiers essais cliniques, effectués sur des souris, montrent que l’effet rebond n’apparaît plus une fois le traitement arrêté. Cela laisserait envisager un traitement sous forme de cures espacées dans le temps, et non plus la trithérapie quotidienne que l’on connaît actuellement.

« Cela ne signifie pas que l’on élimine le virus dans l’organisme, mais on arrive à le contrôler », annonce Didier Scherrer.

Le Professeur Jamal Tazi précise qu’une étude vient d’être menée sur 28 personnes porteuses du VIH et sous trithérapie. Les résultats devraient être connus d’ici la fin du mois d’avril. Si les résultats sont concluants, Abivax espère une mise sur le marché d’ici 2020.

Tags :Sources :20minutes
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. on peut aussi limiter la sexualité anale avec popers et avoir un comportement qui ne soit pas similaire à celui d’un lapin.

    En bref avoir un peu de retenue plutôt que de limiter son activité à ce que vous dicte vos parties génitales, à défaut de soigner ceux qui sont déjà malades ça évitera aux autres de sombrer dans ce calvaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité