Une batterie révolutionnaire qui pourrait durer plus de dix ans

batterie sodium-ion

C’est à l’université de Harvard qu’une équipe de scientifiques a mis au point une batterie non toxique, et ultra durable, puisqu’elle ne perdrait que 1% de sa capacité tous les 1000 cycles de charge, ce qui en ferait une batterie capable de durer plus d’une décennie sans entretien.

Actuellement, on sait que les batteries de nos smartphones n’ont pas une durée de vie très longue (quand elles ne fondent ou ne nous pètent pas carrément à la figure). Au bout de quelques années d’utilisation, et à cause des batteries inamovibles désormais développées sur la majorité des nouveaux smartphones, on change de téléphone tous les trois ans environ.

Michael Aziz, l’un des directeurs de l’étude, précise qu’aujourd’hui, « les batteries Lithium-Ion ne survivent même pas à 1000 cycles de charge/décharge. »

En fait, ces nouvelles batteries à flux utilisent de l’eau au pH neutre pour stocker l’énergie, grâce à des molécules organiques de ferrocène, qui se dissolvent dans l’eau. On a alors un procédé qui évite la corrosion, la toxicité, et permet d’allonger considérablement la vie de la batterie, puisqu’elle perd alors seulement 1% de sa capacité tous les 1000 cycles de charge.

En outre, étant donné que le processus n’est pas corrosif, on pourrait également réduire le coût des matériaux utilisés, notamment pour la membrane qui sépare les deux parties de la batterie. Ainsi, les polymères très onéreux peuvent être remplacés par des matières hydrocarbures bon-marché.

Stabilité, durabilité, solidité : ce projet pourrait bien révolutionner notre façon de produire et consommer de l’énergie, puisqu’elle permettrait de faire fonctionner des véhicules électriques, et pourquoi pas d’alimenter énergétiquement une maison.

C’est en tout cas les espoirs que fondent les chercheurs : « J’espère que ces batteries à flux, efficaces et résistantes, se normaliseront dans le réseau électrique. »

Les chercheurs de Harvard travaillent avec plusieurs entreprises pour étendre le projet, et ont déjà déposé un portefeuille de brevets sur cette technologie des batteries à flux.  En France, une équipe du CNRS et du CEA ont développé une batterie au sel, qui conviendrait aussi au stockage d’énergies renouvelables.

Tags :Sources :01net
Dernières Questions sur UberGizmo Help

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité