Les accros à la cocaïne accumuleraient des excès de fer dans leur cerveau

brique cocaine douane

C’est le surprenant résultat d’une étude récemment menée par une équipe de l’université de Cambridge, et publiée hier dans la revue Translational Psychiatry. Donc, en plus de tous les autres effets de la cocaïne, il semblerait que les consommateurs réguliers de cette drogue aient d’étranges dépôts de fer dans leur cerveau.

La cocaïne est une drogue qui affecte, en les inhibant, trois types de neurotransmetteurs : la dopamine, la sérotonine et la noradrénaline. Sa consommation est addictive et ne se dissipe pas : même après des mois de sevrage, elle reste dans l’organisme.

L’équipe dirigée par le Dr. Karen Ersche, à l’Université de Cambridge, a étudié les cerveaux de 44 personnes sous cocaïne d’un côté, et 44 personnes saines de l’autre. Ce qu’ils ont trouvé est assez surprenant : les personnes sous cocaïne avaient un excès de fer dans une certaine région du cerveau, le globus pallidus. Selon la durée de l’addiction, la quantité de fer n’était pas la même.

Une découverte utile pour la prise en charge des accros à la cocaïne

L’utilité d’une telle découverte, c’est que l’on va pouvoir comprendre un peu mieux pourquoi et comment le fer contenu dans le sang parvient à traverser les barrières, et que l’on pourra également déterminer le niveau d’addiction de chaque personne, permettant ainsi d’adapter au mieux les traitements et l’accompagnement.

De plus, les chercheurs ont conclu que, selon le principe des vases communicants, s’il y a trop de fer à tel endroit, il en manque forcément à un autre… Et c’est le cas, puisque les cellules du sang, les globules rouges, semblaient contenir moins de fer. Sauf que ce même fer est essentiel pour l’une des missions des globules rouges : transporter l’oxygène dans tout le corps.

L’excès de fer dans le cerveau a déjà été constaté dans certaines maladies neurodégénératives, comme Alzheimer ou Parkinson, mais les chercheurs n’ont pas pu relier la dépendance à la cocaïne à une augmentation des risques de développer ce type de maladie chez les cocaïnomanes.

L’équipe du Dr. Ersche espère parvenir à comprendre comment le fer passe du sang à cette partie du cerveau, afin d’inverser le processus, mais également de pouvoir, comme on l’a dit plus haut, aider au mieux les personnes accros à la cocaïne lors de leur sevrage.

Tags :Sources :gizmodo
Dernières Questions sur UberGizmo Help

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité