L’apéirophobie, la peur mal connue de la vie éternelle et de l’infini

Univers

Peut-être souffrez-vous d’apéirophobie sans le savoir : la terreur existentielle de la vie éternelle ou de l’espace infini. Ce trouble, très peu étudié, entraîne pourtant un vrai inconfort de vie, une gêne quotidienne par des symptômes qui peuvent être envahissants.

Définition et manque d’étude

L’apéirophobie, c’est donc la peur de l’infini (du grec ancien αὐτοάπειρος – prononcé antoapéiros – signifiant : qui par soi-même est infini), qu’il soit temporel (la vie éternelle) ou spatiale (l’infinité de l’espace, de l’Univers).

On manque malheureusement d’études spécialisées sur ce sujet, aussi bien en anglais qu’en français ; c’est un trouble qui apparaît peu dans la littérature scientifique, et dont on connaît mal les causes physiologiques (s’il y en a), et face auquel on ne peut proposer de traitement précis, sinon s’occuper des symptômes (angoisse, insomnie, etc.)

Il faut aller fouiller sur les forums d’échanges (anglophones pour l’essentiel) pour trouver des sujets traitant de l’apéirophobie, et constater le nombre de témoignages qui y sont postés pour se rendre compte que ce n’est pas une invention, mais bien une réelle souffrance. On peut trouver des témoignages sur Reddit, MedHelp ou Phobia Fear Release.

En français, pour ce qui est des sources, il y a pas mal d’articles que vous trouverez facilement, notamment un de Psychologies sur les phobies, ainsi qu’un forum, Besoin de parler, dans lequel une jeune fille de 14 ans, Alexia exposait sa « peur de l’éternité ».

apéirophobie - voie - chemin

Des symptômes envahissants, qui peuvent vite vous pourrir la vie

Les symptômes décrits se retrouvent globalement chez les personnes apéirophobes : insomnies, crises d’angoisse, dépression, claustrophobie, le tout quotidiennement.

Alexia, 14 ans, n’en dort plus :

«  Comment arriver à mieux dormir, car ces idées me bouffe l’esprit, j’en pleure chaque soir depuis des jours… »

Pour cette personne sur MedHelp :

« Je ne suis pas sûr-e d’où vienne cette idée, et pourquoi elle me consume tant […] je suis terrifié-e de l’éternité après la mort. Pas de mourir en soi, mais de la vie éternelle après la mort. Est-ce qu’on reste conscient des choses ? »

La terreur de l’infinité de l’Univers s’exprime de la même façon (à travers les mêmes symptômes d’une angoisse extrême qui empêche le sommeil ou toute activité quotidienne tant que la crise dure). Sur Facebook, cette utilisatrice s’explique :

« J’ai l’impression que l’on est tellement insignifiant au regard de l’Univers. Quand je commence à essayer de me représenter au-delà de notre système solaire, c’est comme si mes pensées cessaient automatiquement de me protéger, et j’ai une crise de panique. Le simple fait de savoir que les trous noirs existent me donne des cauchemars qui durent des jours. La pensée de la distance entre les galaxies est insupportable. »

On retrouve également très fréquemment la peur d’être « prise pour une folle » (Alexia) par ses proches, d’où la difficulté d’en parler et l’entrée dans un cercle vicieux : moins on en parle, plus on angoisse, etc.

Un début de réponse apporté

Un journaliste de The Altantic a écrit un article détaillé, lui-même souffrant de cette peur, et a récolté une explication scientifique, venant de Martin Wiener, assistant professeur de sciences cognitives et comportementales à l’Université George Mason (Etats-Unis).

Martin Wiener explique que la région cérébrale supposée contrôler la projection sur le long terme est également la plus tardive à se développer chez l’être humain.

« Lors de l’adolescence, on commence tout juste à se rendre compte de certaines choses, et notamment du fait que l’on va devenir un adulte. Je soupçonne qu’avec l’apéirophobie, la prise de conscience va encore plus loin lorsque l’on croit à la vie éternelle après la mort. L’esprit tente de simuler cette expérience, mais l’on se rend compte qu’il n’y a aucune projection possible à « toujours », et cette expérience (ou du moins cette non-expérience, ndlr) est, par essence, anxiogène. En soi, cette angoisse est probablement proche de ce que peuvent ressentir les personnes qui ont peur de grandir, de vieillir, ou de mourir. »

apéirophobie - infini

Comprendre l’apéirophobie

On retrouve chez Blaise Pascal, mathématicien et philosophe français du XVIIe siècle, un certain nombre d’interrogations sur la mort, le néant, et l’infinité de l’espace ; je vous en place quelques-unes ici.

« Les hommes n’ayant pu guérir la mort, la misère, l’ignorance, ils se sont avisés, pour se rendre heureux, de n’y point penser. »

« Car enfin, qu’est-ce que l’homme dans la nature ? Un néant à l’égard de l’infini, un tout à l’égard du néant, un milieu entre rien et tout. »

« Le silence éternel de ces espaces infinis m’effraie. »

L’apéirophobie est une angoisse existentielle et non sensorielle, non expérimentable par les sens (contrairement à d’autres phobies comme les phobies des serpents ou des araignées) : c’est probablement la raison pour laquelle elle est si vaste et complexe à cerner pour les personnes qui en souffrent, comme pour le corps médical, du moins tant que l’on n’aura pas d’études, à grande échelle, plus poussée.

apéirophobie-meditation

S’en sortir : éloigner la solitude

On est face à quelque chose de profond, de totalement irrationnel – dans laquelle la raison aura du mal à se frayer un chemin – et contre lequel, pour le moment, il est difficile de proposer une solution.

Certains apéirophobes expliquent qu’ils se gardent éloignés de cette peur en se distrayant autant que possible ; l’un explique qu’il avait des crises de panique existentielles au réveil de sa sieste, il a donc arrêté de faire des siestes. Beaucoup de personnes expliquent qu’elles essayent de se distraire le plus possible pour éviter de penser, car une fois que l’engrenage de la pensée est enclenchée, la panique arrive rapidement et à ce moment-là, il n’y a plus grand-chose à faire, sinon attendre que ça passe.

D’autres envisagent la méditation comme moyen de calmer l’angoisse et apaiser l’esprit. En effet, on pourrait trouver dans la méditation un réconfort, même si elle demande un effort, surtout lorsque l’on en n’a pas l’habitude. A priori, ce n’est pas la raison qui calme l’angoisse, mais l’exploration de soi-même, et la compréhension profonde de ce qui cause cette peur panique.

Dans presque tous les cas, le fait de ne plus se sentir seul-e a apporté beaucoup de réconfort. Car à l’apéirophobie et à la panique non exprimée, s’ajoute le sentiment de solitude, et de sombrer dans la folie. Si vous êtes vous-mêmes atteint de ce genre de crises de panique, n’hésitez pas à aller consulter les forums, les articles, même avec un peu de Google Translate on peut comprendre la majorité de ce qui y est dit sans maîtriser l’anglais parfaitement.

Et n’hésitez pas à vous faire accompagner par des professionnels, que ce soit pour la méditation, ou pour un suivi psychologique : il n’y a aucune honte à savoir demander de l’aide.

La vidéo ci-dessous (en anglais) aborde également le sujet de façon complète.

Tags :Sources :odditycentral
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. J’ai souffert de troubles similaires très tôt à titre personelle, vers mes 8 ans. La mort comme l’eternité m’effrayait j’avais peur de choisir entre l’un et l’autre bref une torture.

    Cette torture a donné naissance a une autre peur au fond de moi que je n’ai jamais réussi à expliquer autour de la conscience et de mon existence même. Je n’ai réussi à mettre des mots dessus qu’une seule fois au cours d’une discussion avec un ami. Aujourd’hui je ne me rappelle plus de la définition, mais savoir qu’elle existe et qu’elle pouvait être partagé m’a fait du bien! J’espère que ceux qui souffrent de ce genre se choses s’en sortiront!

    1. @Richy : J’ai connu a peu près les mêmes problèmes à cet âge là. Est ce que le mal autour de la conscience et de ton existence est la dépersonnalisation ? Ce mal connu est une horreur à vivre, toutes les sensations paraissent distantes et on en vient à remettre en question la réalité.
      Bref, le cerveau humain peut des fois être notre pire ennemi..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité