Gilbert Collard se croit sur écoute car il ne sait pas ce qu’est un assistant vocal

gilbert collard et l'assistant vocal

Ce n’est pas un scandale qui éclabousse Gilbert Collard, député FN à l’Assemblée Nationale, mais plutôt le ridicule… Paraît-il que cela ne tue pas, mais nous permet de pouffer, juste un peu.

Celui qui avait déjà, accidentellement, posté tous ses mots de passe sur Twitter, vient de s’illustrer une fois de plus dans sa maîtrise de la technologie… le tout en portant une accusation grave et en s’appuyant, une fois de plus, sur la théorie du complot et le fameux « cabinet noir » qui circule en ce moment, pour justifier et reporter les fautes de ceux de nos élus qui sont mis en cause dans des affaires graves (suivez mon regard à droite, très à droite).

Seulement, là, les internets ont plutôt choisi d’en rire, en effet, l’intervention, sur Radio Classique, est magnifique :

« Moi je suis sur écoute, je le sais, parce que mon téléphone, de temps en temps, se déclenche tout seul et me dit, c’est incroyable mais vrai, il me dit ‘Répétez ce que vous venez de dire’ ! »

Incroyable, en effet, que, parfois, les assistants vocaux de nos smartphones, j’ai nommé Siri et Google Now en tête, se déclenchent tout seul, parce que le doigt a ripé, parce que la commande a été actionnée sans le vouloir, ou que le téléphone traînait dans la poche du pantalon… Et puis, comme ce brave assistant vocal ne comprend pas un traître mot de ce qu’il se passe, il vous demande de répéter, tout simplement.

C’est dommage pour M. Collard, car cela fait tout de même quelques années que les assistants vocaux se développent de plus en plus, et on va même vers des assistants dotés d’intelligence artificielle, comme la Alexa d’Amazon.

Tags :Sources :numerama
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Sans compter que s’il était sur écoute, il faudrait que ceux qui procèdent à cette écoute soit sacrément stupides et incompétents. Vous imaginez le type qui vous écoute vous demander de répéter ce que vous avez dit, parce qu’il a mal compris ? On se demande pourquoi on n’enverrais pas tout simplement un courrier pour avertir la personne écoutée : « M. Collard, vos conversations téléphoniques seront écoutées à compter du… dans le cadre de notre enquête sur le financement du Front National, les emplois fictifs, etc. Veuillez agréer, Monsieur… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité