Le Blue Whale Challenge : les rectorats et les associations de protection de l’enfance montent au créneau

Si vous n’en aviez pas entendu parler, le Blue Whale Challenge est une sorte de « cap ou pas cap » version morbide, puisque l’issue finale est le suicide du « joueur ». Ciblant les adolescents, une population fragile, le défi fait désormais face en France à une levée de bouclier des associations comme de l'Education Nationale.

Selon la légende, des baleines bleues viendraient se suicider, s’échouer volontairement sur certaines plages du monde. De là vient le nom de ce jeu avec la mort, qui consiste en 50 défis, du plus simple au plus glauque, avec la mise en place d’une ambiance morbide, de la scarification jusqu’au suicide.

Ce jeu, apparu sur la plateforme russe VKontakt (l’équivalent le Facebook en Russie) il y a deux ans, aurait déjà provoqué 130 suicides d’adolescents, là-bas. Pour le moment, en France, on ne recense aucun suicide, mais le jeu est suivi de très près par les autorités comme par les associations.

Les deux seuls cas recensés par la gendarmerie sont deux jeunes filles, l’une au stade 25 et l’autre 45, toutes deux repérées et empêchées d’aller plus loin (la source ne l’indique pas, mais on peut toutefois supposer qu’elles ont été prises en charge par des psychologues et que les parents ont été impliqués). Ces cas, bien que rares, ont poussé la gendarmerie du Nord (59) à poster un message sur sa page Facebook.

Blue Whale Challenge

Eduscol, le site officiel du ministère de l’Education, a mis sa page « jeux dangereux » à jour. Aujourd’hui, le maître mot est prévention, attention, et dialogue avec les adolescents. Pour le moment, il semblerait que même si le sujet est très présent dans les conversations, peu d’ado français se soient laissés tenter.

Du côté des assos, et pour en savoir plus, si jamais vous soupçonnez l’un de vos proches d’être embarqué dans le Blue Whale challenge, ou bien si vous-même ne savez pas comment en sortir, voici deux associations actives sur ce sujet :

Et enfin, le numéro vert dédié au cyber-harcèlement : 0 800 200 200.

A noter également, la belle idée de ce jeune internaute, qui a lancé sur Twitter le « Pink Whale Challenge », qui inverse le concept : pendant 30 jours, l’idée est de faire chaque jour une petite action positive : « donne quelque chose à quelqu’un qui en a plus besoin que toi » ; « fais rire tes amis » ; « regarde le coucher de soleil » ou encore « allonge-toi, remémore-toi des souvenirs que tu aimes ! »

pink whale challenge twitter

Tags :Sources :lexpress
Dernières Questions sur UberGizmo Help

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité