Cette jeune artiste met les chansons en couleur !

synesthésie couleur peinture

Melissa McCracken est une jeune peintre américaine, et elle peint des chansons. Elle possède une capacité particulière, appelée synesthésie : c’est-à-dire que son cerveau associe tous les éléments qui l’entourent avec une couleur spécifique : lettres, chiffres, équations mathématiques, mais aussi tous les sons, depuis l’alarme de son téléphone jusqu’aux plus compositions les plus complexes. La synesthésie peut prendre bien des formes (association de nombres avec des positions dans l’espace, etc.), aussi, si cela vous intéresse, je vous renvoie vers l’article Wikipedia, qui est très complet.

Melissa McCracken musique couleur

David Bowie – Life on Mars?

Melissa découvre assez tard que sa perception est bien particulière :

« Jusqu’à mes 15 ans, je pensais que tout le monde voyait des couleurs partout. Dans les livres, dans les formules mathématiques, pendant les concerts. Mais c’est lorsque j’ai demandé à mon frère de quelle couleur était le C (jaune canari, au passage), que j’ai réalisé que mon esprit n’était pas vraiment aussi normal que ce que je pensais. »

Melissa McCracken musique couleur

Imagine – John Lennon

S’il s’agit d’une fonction étrange et anormale du cerveau, dans le sens où elle n’est pas dans la norme mais plutôt extraordinaire, ce n’est aucunement un handicap pour Melissa, qui partage sa vision de la vie sur des toiles où explosent des couleurs harmonieuses, et nous font redécouvrir de grands artistes. En effet, elle s’attache à peindre la musique, car les sons de la vie quotidienne ne sont pas vraiment riches, et elle n’y prête pas attention. C’est parce qu’elle ressent la musique comme une explosion de couleur que cela en devient intéressant pour elle.

« C’est surtout la musique qui est riche en couleurs vives. Parfois, un éternuement va m’apparaître rose, ou mon alarme, turquoise, mais je ne fais pas vraiment attention à ces couleurs, sauf si quelqu’un me demande. Les voix possèdent une intonation plus ou moins sombre ou claire, peuvent être très découpées ou au contraire, très rondes, mais en général, penser aux visages subjugue les couleurs. »

Quand on lui demande si le fait de voir les couleurs d’une musique influence ses goûts, elle explique que tout dépend de son ressenti : certaines musiques complexes vont être plus faciles à écouter pour elle, car elle explique que, grâce à l’image qui se compose dans son esprit, le sens se fait plus clair, mais « parfois, j’aime bien une chanson, et soudain, une couleur horrible surgit de nulle part, et je coupe le son ! Vraiment, ça dépend. »

Décrire le monde qui nous entoure avec des mots est une gymnastique quotidienne, et le simple fait d’apprendre une langue étrangère nous permet déjà de comprendre le monde, de le regarder avec d’autres yeux, d’autres ressentis. Partager sa vision du monde dans des tableaux permet à Melissa, et aux personnes comme elles, de partager une vision rare de ce qui nous entoure, dans un autre langage, qui n’a pas besoin de mots.

Tags :Sources :odditycentral
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Intéressant ! Mais cela n’est lié qu’à sa propre expérience de synesthète. De plus, si Do majeur représente une couleur ou bien si un éternuement représente une forme quelconque, comment analyser ses œuvres (dont certaines sont sublimes, pour moi) ? Comment analyser le temps qui passe, la temporalité de la chanson et son lien avec les mélanges de couleurs ? Comment lire ses tableaux pour saisir qu’elles sont les correspondances qu’elle crée entre musique, couleur et forme ? Peindrait-elle le même tableau indéfiniment en écoutant la même chanson ?

Répondre à K Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité