Et si les aliens n’étaient qu’en hibernation ?

Aliens

On vous en reparlait il n’y a pas si longtemps. Selon le paradoxe de Fermi, notre système solaire est si jeune comparé au reste de l’Univers que si une civilisation extraterrestre avait vraiment existé, elle aurait forcément dû laisser des traces visibles depuis la Terre, ne fut-ce que sous forme radio. Pourtant, nous avons beau scruter le ciel, celui-ci reste bien désert. Pourquoi ?

Anders Sandberg (expert en intelligente artificielle à Oxford), Stuart Armstrong et Milan Ćirković (de l’Observatoire astronomique de Belgrade) ont apporté une nouvelle proposition de réponse à ce paradoxe. Plutôt que de partir du principe que ces civilisations sont introuvables parce qu’elles n’existent pas (ou plus), ils supposent qu’elles sont simplement en situation de veille prolongée, une hibernation auto-imposée nécessaire.

Pourquoi ? Parce que selon plusieurs astrobiologistes et experts futuristes, toute civilisation avancée technologiquement mène forcément à un mode d’existence numérique, abandonnant la vie biologique et organique pour une existence plus évoluée, au sein de superordinateurs. Ces civilisations numériques ne seraient pour autant pas totalement coupées du monde biologique, puisqu’on sait que la vitesse de traitement de l’information est directement liée à la température extérieure. En gros : plus il fait froid, plus l’information est traitée rapidement.

C’est là que se trouve tout le problème. La température actuelle de l’Univers tourne autour de -270 °C (avec une température minimum de -273,15 °C,  plus connue sous le nom de Zéro absolu). Si ce chiffre nous parait suffisamment froid à notre échelle, il pourrait ne pas l’être suffisamment pour une civilisation dite numérique. De leur point de vue, l’Univers actuel pourrait bien être trop chaud pour leur mode de vie. Sachant que l’Univers est appelé à s’étendre et à se refroidir, se placer en veille volontaire en attendant que la température diminue pourrait amener cette civilisation à disposer d’une vitesse de calcul 1030 fois plus élevée qu’aujourd’hui.

Bien entendu, la théorie est loin de faire l’unanimité dans la communauté scientifique, dont plusieurs membres affirment que renoncer à plusieurs milliards d’années d’avancement technologique sous le simple prétexte d’une meilleure puissance de calcul fait difficilement sens.  Mais le Grand Silence nous angoisse, et chacun tente d’y répondre à sa manière.

Tags :Sources :Science Alert
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Et ba ils vont attendre longtemps les zitis, s’il faut descendre sous le 0 absolu… mais vous vous rendrez jamais compte des énormités larguées à longueur de journée ici….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité