On en sait un peu plus sur les causes de la mort de Carrie Fisher

Star Wars Carrie Fisher

Billie Lourd, la fille de Carrie Fisher, s’est confiée un peu plus en profondeur sur la mort de sa mère, dont les dernières analyses ont pu permettre d’en préciser un peu mieux les causes. L’actrice inonique, qui nous a quittés le 27 décembre 2016, a passé sa vie d’actrice post-Star Wars à se battre pour la reconnaissance de la maladie dont elle souffrait : la bipolarité. Cette maladie mentale est encore mal connue, souvent assimilée, à tort, au dédoublement de personnalité voire carrément à la schizophrénie, quand ces trois maladies sont bien distinctes.

Subissant un ascenseur émotionnel extrême, une personne souffrant de troubles bipolaires peut passer d’une grande excitation, d’un grand bouillonnement cérébral et intellectuel, à des phases d’apathie et de dépression graves. C’est une condition épuisante à la fois physiquement mais aussi émotionnellement, mentalement ; certains malades, à l’image de Carrie Fisher, peuvent trouver refuge dans la drogue. Cette dernière a passé les vingt dernières années de sa vie à faire reconnaître ces troubles, et à se battre pour que la recherche puisse avancer sur la connaissance qu’on en a et sur les traitements possibles. Pas langue de bois pour un sou, Carrie Fisher se confiait sans honte sur ses addictions, comme le révèle Billie Lourd dans une déclaration très touchante au magazine People :

« Elle était très déterminée quant à tout son travail autour des stigmas sociaux qui entourent ces maladies. Elle parlait de la honte que ressentent à la fois les malades, mais aussi leur famille, lorsqu’ils sont confrontés à ces troubles. Je connais ma mère, elle aurait voulu que sa mort encourage davantage de personnes à parler de leurs problèmes. Rechercher de l’aide, lutter pour la mise en place de programmes gouvernementaux pour la recherche concernant ces troubles. La honte et la stigmatisation sociale sont les ennemis du progrès de la recherche, et de la découverte d’un traitement. »

Carrie Fisher s’est donc battue jusqu’à la mort contre les problèmes d’addiction et sa maladie ; les dernières analyses ont révélé la présence d’héroïne et de cocaïne dans son sang. Sa mort n’aurait pas été causée par une overdose, mais par des apnées du sommeil ayant mené à un arrêt du cœur.

En 1987, elle se confiait elle-même à People :

« Je ne pouvais pas m’arrêter, ou rester clean. Ça n’a jamais été mon rêve de devenir une droguée. Mais je me disais ‘Et puis merde ! Je n’ai rien pris depuis des mois, pourquoi pas ? Allez, je vais fêter ce sevrage en en reprenant !’ Je me remettais dans les emmerdes à chaque fois. Je me détestais. Je me détruisais, et c’était très douloureux. »

Tags :Sources :io9
Dernières Questions sur UberGizmo Help

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité