Abattre un drone avec un missile Stinger à 38 000$, c’est un peu trop, non ?

drone missile Stinger

La semaine dernière, un pilote de drone amateur faisait atterrir son appareil DJI sur le pont du porte-avions ultra-moderne HMS Queen Elizabeth. Un incident sans conséquence, mais personne ne s'était aperçu de rien. Mais utiliser un missile Stinger à 38 000$ pour abattre ce genre d'appareil, n'est-ce pas un peu démesuré ?

En Avril dernier, sur la base de l’Air Force Eglin en Floride, la garde nationale de l’armée américaine testait deux missiles anti-air Raytheon Stinger, sur lesquels avaient été ajoutées des charges de proximité, ceci pour intercepter « deux petit appareils volants sans pilote humain« .

Les missiles peuvent être tirés depuis un canon au sol ou un hélicoptère. Ils ont une portée d’environ 8 km et un système de guidage électronique pour une facture totale de 38 000$ l’unité !

Si Raytheon vante les mérites de son missile pour abattre des drones aussi impressionnants que le drone Predator et ses 14 mètres d’envergure à 4 millions de dollars, le fabricant est convaincu que ce missile peut aussi permettre de se débarrasser d’appareils beaucoup plus petits.

Difficile cela dit de justifier les 38 000$ pour abattre un appareil à 350$ ! Fort heureusement, l’armée américaine a d’autres atouts dans sa manche, dont un canon électromagnétique, une solution plus sûre et, à terme, plus abordable.

Tags :Via :Gizmodo
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. On a toujours une vision un peu biaisée du matériel militaire, parce que l’on met souvent en rapport coût d’acquisition et d’entretien et coût de la cible (raisonnement tenu aussi bien avec des drones qu’avec imbu pickup).
    Or il y a d’autres considérations qui entrent en jeu. Parmi celles-ci, la sensibilité de la cible, la précision requise, l’urgence de l’intervention… mais aussi la dotation disponible au moment des faits, l’entraînement et la qualification des militaires sur place à un équipement, et même la date de péremption d’une munition (et oui, elles en ont).
    Sans compter parfois les renouvellements de matériels pour maintenir une industrie à flot.
    Bref, il ne s’agissait que d’une démonstration de capacité ici, mais nul doute que cette munition sera à l’avenir utilisée comme telle, quand elle s’avérera ponctuellement la plus adaptée au regard des circonstances.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité