Death Note : le réalisateur s’ouvre sur l’accusation de white-washing

death note trailer

Death Note, l’adaptation américaine et blanche, biiien blanche (elle est même un peu palotte, vous ne trouvez pas ?) (par ici pour la référence, sinon ce n’est pas drôle), sortira le 25 août sur Netflix. Death Note, c’est ce manga ultra populaire, dont Netflix a obtenu les droits et dont la version américaine a été légèrement blanchie. Sans se soucier plus avant que l’histoire se déroule au Japon, et met en scène des personnages japonais.

Pour la première fois, le réalisateur s’exprime sur le white-washing dont il a été accusé depuis la révélation du casting dans la première bande-annonce de Death Note, et c’est plutôt maladroit :

« C’est l’une des choses dont on a besoin de parler, et non, on ne s’y attendait pas vraiment. Avant toute l’histoire autour de Ghost in the Shell, la question ne se posait même pas. Et depuis, ça a ramené toutes ces choses… On ne parle pas de prendre un gamin blanc et de prétendre qu’il est Japonais, c’est un truc complètement nouveau. Les personnages sont tous différents, et le résultat lui-même est très différent. »

Pas très malin de se cacher derrière la polémique provoquée par Ghost in the Shell, quand le white-washing est dénoncé depuis déjà plusieurs années dans les productions hollywoodiennes… C’est montrer une réelle méconnaissance du sujet, voire un désintérêt de se délester comme cela de la revendication de millions de personnes. De plus, réduire l’identité américaine à la couleur de peau blanche… comment dire…

Dans un pays qui compte des minorités variées et importantes (environ 37% de la population américaine appartient à une minorité ethnique – afro-américains, latinos, asiatiques, natifs américains, métisses, et beaucoup d’autres), c’est également démontrer une certain méconnaissance de son propre pays, ou simplement une fermeture. Même si l’on espère que ce n’est pas cela, et qu’on donne encore ses chances à ce réalisateur et à son équipe de communiquer un peu mieux sur le sujet à l’avenir.

Tags :Sources :screencrush
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Même s’il est vrai que le white-washing existe, c’est un peu fort de dire cela à propos de l’adaptation d’un manga… Est-ce que les personnages présents dans les mangas ressemblent à des japonais plus qu’à des occidentaux ?…

  2. 37% de minorités? Ouais du coup ça fait 63% de blancs, logique qu’on les retrouve partout donc puisqu’ils sont plus nombreux…

  3. Étrangement on entend moins parler de l’adaptation live movie de SNK qui est censé se passer dans un pays germanique et où les asiatiques sont très minoritaires ( écris dans le manga) qui pourtant est composé d’un cast 100% Japonais.

    c’est un faux débat juste fait pour diviser et amener des fonds aux associations antiracistes qui veulent continuer de nous monter les uns contre les autres pour exister…

    d’ailleurs L est noir dans la série américaine, non ? c’est pas un petit perso et dans le manga il est censé être anglais et de type caucasien il me semble.

    Ballek que le cast soit blanc, noir, asiatique, transexuel ou même végan de toute façon ça a l’air pourri et ne reprend pas l’essence du manga ( le message initial).

    au même titre que Ghost in the shell qui s’est retrouvé être un film moyen qui s’est contenté de copier des plans d’un chef d’oeuvre sans essayer de le comprendre juste pour faire du cash en capitalisant sur son nom

    Je renverrais bien à la vidéo sur le whitewashing/colorwashing du chef otaku sur youtube mais il me semble que le bot de ce site n’aime pas trop les liens en commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité