Des nanoparticules cancérogènes retrouvées dans de nombreuses sucreries

Cancer

S'il est difficile de savoir au niveau microscopique ce qu'il y a dans nos assiettes, au niveau nanoscopique, la situation pourrait être pire encore. 60 Millions de consommateurs s'est intéressé aux additifs présents sous forme de nanoparticules dans des sucreries. Particules non spécifiées sur les emballages et qui pourraient être cancérogènes.

Le magazine a ciblé pour son enquête l’additif E171 – ou dioxyde de titane -, composé en partie de nanoparticules. Celui-ci est utilisé dans l’agroalimentaire et les cosmétiques pour blanchir les produits. Ses propriétés sont optimisées lorsque utilisé sous forme nano – 50 000 fois plus petite qu’un cheveu -. Malheureusement, sous cette forme, elles contournent plus facilement les barrières physiologiques et ont donc potentiellement un risque accru sur la santé.

Sur 18 produits sucrés testés, des nanoparticules de dioxyde de titane apparaissaient systématiquement. Seule variait sa concentration : de 10 à 100% de l’additif. 12% dans les Napolitain de Lu, 20% dans les M&M’s, 100% dans les gâteaux glacés Monoprix Gourmet. S’il est effectivement fait mention de E171 sur l’étiquette, la mention nanoparticules, elle, est absente. Et c’est un problème car l’additif E171 ne pose pas de danger particulier sous sa forme microscopique mais à l’état nano, rien n’est moins sûr.

Selon Patricia Chairopoulos, co-auteur de l’étude : « On ne sait pas grand-chose sur cette forme nano. C’est ça qui nous pose problème, d’autant plus qu’une étude récente de l’Inra est parue en janvier 2017, qui entraîne un peu de suspicion.« 

En Janvier dernier, les ministères de l’Économie, de la Santé et de l’Agriculture missionnait l’Agence Nationale de Santé pour déterminer si ce produit « présente un éventuel danger pour les consommateurs » après une étude de l’Inra concluant qu’une exposition au E171 favorisait la croissance de lésions pré-cancéreuses chez le rat. L’agence du cancer de l’OMS avait, quant à elle, classé le dioxyde de titane comme cancérogène possible pour l’homme en cas d’inhalation.

Il faudra encore de nombreuses années pour déterminer l’impact véritable de ces nanoparticules sur la santé.

Tags :Via :BFM TV
Dernières Questions sur UberGizmo Help

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité