Un chirurgien Anglais gravait ses initiales sur le foie de ses patients

chirurgien Simon Bramhall

Les médecins ont la vie de leurs patients entre leurs mains. Mais que ressentiriez-vous si vous aviez les initiales du vôtre gravées à l'intérieur de votre corps ? C'est ce qu'avait fait Simon Bramhall, chirurgien renommé d'Angleterre, sur deux patients opérés en 2013.

Simon Bramhall, 53 ans, a plaidé coupable dans cette affaire sans précédent au Royaume-Uni. L’homme avait inscrit les lettres “SB” sur les foies qu’il avait lui-même transplantés sur un patient masculin et un patient féminin à l’hôpital Queen Elizabeth. L’opération aurait très bien pu passer inaperçue si un collègue n’avait pas remarqué lesdites initiales lors d’une opération post-transplantation sur la femme. Celles-ci avaient été inscrites avec un laser à argon, utilisé par les chirurgiens pour stopper les saignements.

Le chirurgien a plaidé coupable cette semaine pour les deux chefs d’inculpation de coups et blessures mais non coupable des accusations de dommages corporels. Pour le procureur Tony Badenoch : “c’était une application intentionnelle d’une force illégale sur un patient sous anesthésie. Ses actes de marquer les foies de ces patients étaient délibérés et conscients. Il va sans dire que ces plaidoyers résonnent chez un public très large. Ce sera à d’autres de décider si, et dans quelle mesure, son aptitude à pratiquer est perturbée.

Simon Bramhall a aussi des personnes qui prennent sa défense. C’est le cas de Tracy Scriven, transplantée d’un foie en 2010 : “même s’il avait mis ses initiales sur un foie transplanté, est-ce vraiment si grave ? Cela ne m’aurait posé aucun problème s’il l’avait fait pour moi. Cet homme m’a sauvé la vie.

Le verdict sera connu le mois prochain.

Tags :Via :Oddity Central

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité