Uber avait un programme secret en cas de descente de la police

Uber

Les autorités mènent parfois des raids dans les entreprises, quand elles sont suspectées de fraude, par exemple. C'est assez fréquent. Selon un récent rapport, nous apprenons qu'Uber avait en sa possession un programme secret pour s'assurer que la police reparte les mains vides en cas de descente dans ses bureaux.

Selon le rapport de Bloomberg, Uber avait déployé un programme baptisé Ripley, lequel verrouillait tous les ordinateurs pour bloquer l’accès de ces terminaux à la police. En 2015, par exemple, les autorités financières du Québec débarquaient dans les bureaux du géant du VTC.

L’article poursuit ainsi : “comme les managers dans les centaines de buraeux de Uber à l’étranger, ils ont été formés à appeler un certain numéro qui sonne l’alerte au quartier général à San Francisco. Lorsque l’appel est arrivé, les équipes en place ont déconnecté à distance tous les ordinateurs du bureau de Montréal, rendant pratiquement impossible aux autorités la collecte des données qu’ils avaient l’autorisation de collecter grâce à un mandat. Les enquêteurs sont repartis sans aucune preuve.

Uber a fait la réponse suivante à ce rapport : “Comme toute compagnie ayant des bureaux dans le monde entier, nous avons des procédures de sécurité en place pour protéger toutes nos données. En ce qui concerne les enquêtes gouvernementales, nous nous faisons un devoir de coopérer avec toutes les demandes valides de données.

Tags :Via :Ubergizmo
Dernières Questions sur UberGizmo Help

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité