Série [3/3] Découverte de la BD chinoise : Opium

Lors de notre venue au vernissage de l'exposition de Petite balade et Grande Muraille à la librairie des éditions Fei, nous avons eu la chance de nous voir remettre plusieurs ouvrages pour découvrir le monde de la BD chinoise. Nous vous proposons donc d'embarquer avec nous pour une saga en 3 épisodes  à la découverte de ce monde assez méconnu.

Canton, 3 juin 1839 : l’armée chinoise brûle 200 000 caisses d’opium importées d’Inde par  les Anglais. C’est la plus grosse perte financière de l’histoire du commerce britannique… C’est aussi le début de la première guerre de l’opium. Cette drogue, qui fait des ravages en Chine, est bien trop lucrative pour que les Anglais renoncent au négoce. De son côté, la dynastie Qing réagit et renforce ses lois anti-opium et un deuxième conflit éclatera en 1859 où la France, les États-Unis et la Russie interviendront aux côtés du Royaume-Uni. La Chine
en sortira vaincue, contrainte de signer des traités inégaux forçant l’ouverture du commerce et entraînant la chute de la dynastie Qing.

C’est entre ces deux guerres que se tresse l’histoire d’Opium mêlant faits historiques, récits sentimentaux et espionnage. Deux soeurs jumelles, Mei Ju et Mei Yun, nées en 1832 dans une riche famille, grandissent entre un père haut gradé de l’armée chinoise et une mère qui
s’adonne à la peinture. À la signature du traité de Nankin, en 1842, fou de douleur, le père, ne sachant comment soutenir son pays, décide d’influer sur le destin de ses filles en les initiant aux techniques de combat et d’espionnage. Déchirées entre amour de leur pays, crainte de décevoir leur père et désir de choisir leur vie, les deux soeurs prendront des chemins opposés mais se retrouveront autour d’un homme.

Nous avons ici une dessinatrice française (Laure Garancher) mais qui a eu un parcours international. Comme pour les deux premiers épisodes de notre saga à la découverte de la BD chinoise, on s’ancre encore dans une BD avec des faits historiques. Ici ils sont beaucoup plus anciens et se situent au 19ème siècle.

On va ainsi suivre deux soeurs jumelles qui aiment leur pays et qui veulent que celui-ci survive à la présence britannique et renverse ce pouvoir. C’est ainsi que dès leur plus jeune âge, celles-ci seront formées à devenir de parfaites petites espions, parlant anglais, pour être au plus près de l’ennemi et pouvoir le neutraliser. Mais 2 éléments viendront perturber l’histoire. L’une des soeurs refusant de devenir espionne et préférant se retirer dans une vie de moine. Et l’autre vivra une amourette tabou. Tout ceci nous fera traverser la Chine et la géopolitique internationale de l’époque avec son commerce de l’opium.

Opium est une BD entièrement en couleur, 144 pages, 21€
https://www.editions-fei.com/opium

Tags :
  1. Ahhh, toutes ces belles histoires à la gloire de la Chine en prise avec les méchants étrangers… nationalisme ? Xénophobie ? Que nenni : ces mots et ces maux n’ont pas droit de Cité 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité