FIBD 2018 : Ohé matelots, voici les trésors cachés d’Angoulême

Logo Angoulême

Vous êtes forcément au courant, dimanche dernier s’est achevé le 45e Festival international de la bande dessinée s’est achevé à Angoulême. Si vous souhaitez découvrir les BD primées d’un Fauve au palmarès, c’est par ici. Si vous aimez vous faire surprendre, restez avec nous et venez découvrir nos coups de cœurs. Indépendants ou grandes maisons d’édition, des plus petits aux plus grands il y en a pour tous les goûts.

Qu’elles soient récentes ou non, voici les BD qui ont retenu notre attention en parcourant les allées d’Angoulême.

Mamie Denis évadée de la maison de retraite

MamieDenis

Signée par Adjim Danngar et Christophe Ngalle Edimo, cette BD est un petit bijou de drôlerie. Le pitch est simple. Une version modernisée de Tatie Danielle, raciste, râleuse et contestataire doit quitter son appartement pour la maison de retraite, car sa descendance veut récupérer les lieux. Ce sont ses voisins, une famille française, mais produisant nettement plus de mélanine qu’elle, qui vont la sortir de ce mauvais pas et la cacher au fond de l’Afrique subsaharienne. Je ne vous en dis pas plus pour vous laisser le plaisir de la découverte. J’apprécie que l’histoire ne soit pas racontée que du point de vue de Mamie Denis, mais également de celui de son entourage. Attention, rires grinçants garantis.

Mamie Denis, évadée de la maison de retraite

Adjim Danngar, Christophe Ngalle Edimo
Éditions l’Harmattan BD (14,16 € en version papier, 10, 99 € en version numérique)

Le chat du kimono

le chat du kimono

Quel rapport peut-il y avoir entre une pimbêche japonaise au kimono brodé de chats et Sherlock Holmes, célèbre détective londonien ? Pour le savoir, il faut se plonger dans le premier volume de la trilogie de Nancy Peña, Le chat du Kimono. A partir d’une histoire d’amour contrarié, cette BD raconte sous formes d’histoires courtes, les aventures d’un continent à l’autre, de ce félin qui s’est aventuré hors des broderies du kimono. Raconté en noir et blanc, ce récit est intrigant et vaut qu’on s’y arrête.

Le chat du Kimono
Nancy Peña

Éditions La boîte à bulles (16 €)

Black Project

Black Project Gareth Brookes

Malgré la beauté de ce livre, il n’est pas à mettre entre toutes les mains. Si vous avez l’estomac fragile, passez votre chemin. Richard, l’adolescent qui sert de héros à ce livre, n’arrive pas à avoir de petites amies. Plutôt que d’utiliser une application de rencontre ou d’adresser la parole à celles dans son entourage, il a trouvé une solution. Les construire avec du ciseau, du papier et des objets du quotidien. Sauf que l’une après l’autre, toutes trouvent un destin tragique au fur et à mesure que la mère de Richard les trouve. Graphiquement, faites attention au détail. En effet, au lieu de les dessiner, Gareth Brookes les a brodés. Le résultat est une œuvre étrange qui évoque particulièrement la Famille Addams, mais en version plus adulte encore.

Black Project
Gareth Brookes
Éditions La boîte à bulles ( 22 €)

Les nuits rouges du théâtre d’épouvante

Theatredepouvante

En attendant dans les semaines qui viennent le prochain album d’Alexandre Kha, replongez-vous dans cette ode au Grand Guignol. L’histoire est celle d’une troupe de théâtre dont les histoires cauchemardesques racontées sur scène prennent le pas sur la réalité. Corbeaux, zombies, loups-garous, mais également fantômes de l’Opéra ou jeune première sont aux rendez-vous dans cet album au tracé nostalgique pour des histoires mêlant fantastique et séduction.

Les nuits rouges du théâtre d’épouvante

Alexandre Kha

Editions Tanabis (20 €)

Le club des chats

  Leclubdeschats

Quittons un peu les histoires étranges pour une démonstration du quotidien et l’animal fétiche d’Angoulême : le chat. Chercher un stand sans une BD de chat relevait carrément de la gageure tellement les albums dédiés aux félins domestiques étaient nombreux. Parmi tout ceux-ci, Le Club des Chats de Yoon-Sun Park a capté mon attention, car il est particulièrement drôle et bien vu. L’autrice y décrit le quotidien de trois chats une fois que la porte s’est refermée après le départ des bipèdes partageant leurs vies, et la façon dont ils « célèbrent » leurs retours. Avec un dessin enfantin, la BD s’adresse aux petits comme aux grands, qu’ils aiment les chats ou qu’ils cherchent des arguments pour ne pas en tolérer dans leurs maisons.

Le club des chats
Yoon-Sun Park

Éditions MISMA (18 €)

La révolte des Valtis

Valtis

Reprenant une trame qui a fait le succès de nombreux romans jeune adulte, La révolte des Valtis plonge ses lecteurs dans une dystopie où les humains sont asservis par une race extraterrestre pour en sortir du minerai précieux. Une jeune femme et sa nièce vont se retrouver au cœur de la Résistance et prises entre deux factions. Le dessin à mi-chemin entre la BD franco-belge classique et le manga est très doux et contraste parfaitement avec le ton de cette histoire. Une perle pour introduire les collégiens et lycéens à la lecture.

La révolte des Valtis
Molly Knox Ostertag, Shanon Shinn
Éditions Rue de Sèvres (16 €)

Ces jours qui disparaissent

501 CES JOURS QUI DISPARAISSENT[BD].indd

« Je est un autre. » Pour Lubin Maréchal, le protagoniste de cette histoire, cette citation philosophique est à prendre au sens propre. Un jour sur deux, une autre personne occupe son corps. Pourquoi ? Comment communiquer avec cet étranger ? Et au fur et à mesure que celui-ci squatte de plus en plus longtemps ce corps qui est le sien, comment s’en débarrasser ? Toutes ces questions qui marquent la frontière entre l’adolescence et l’âge adulte, entre la raison et la folie, ou entre deux univers, sont retranscrites de façon brillante par Timothé Le Boucher.

Ces jours qui disparaissent

Timothé Le Boucher

Éditions Glénat (22,50 €)

Howard P. Lovecraft Celui qui écrivait dans les ténèbres

Alex Nikolavitch, Gervasio, Aon, Lee

HPL

Cthulhu, vous connaissez ? Oui. Le céphalopode ailé et bipède est un classique de l’imaginaire geek. Mais connaissez vous bien son créateur, le reclus et peu sympathique Howard P Lovecraft ? Au travers de quatre moments clés, cette BD retrace un portrait tout en nuance de cet écrivain prolifique qui n’eut pas le succès escompté de son vivant et aux multiples contradictions et névroses. Au fil des pages, vous y rencontrerez d’autres grands noms du 19e siècle et du début du 20siècle comme Harry Houdini, l’illusionniste ou Robert E. Howard, le créateur de Conan le Barbare. Un régal indispensable pour les amateurs de littérature fantastique.

Howard P. Lovecraft Celui qui écrivait dans les ténèbres
Alex Nikolavitch, Gervasio, Aon, Lee

Éditions 21g (19 €)

 

 

NSFW – WARNING (on parle de BD érotique, merci d’y prêter attention avant de sauter le pas)

 

Narcisse

narcisse

Katia Even, Sokie

La BD érotique est aussi une histoire de femme. Et pas seulement celles dessinées dans les pages. J’en veux pour preuve Narcisse, une histoire d’amour très explicite écrite par une femme et dessinée par une autre femme. L’héroïne se cherche dans sa sexualité et tombe amoureuse d’un motard casqué. Où cette nouvelle histoire va l’entraîner ? Dans des terres habituellement peu parcourues par la BD érotique traditionnelle (à moins que Grant Morrisson quitte ses chers comics pour en écrire un scénario). Je ne vous en dit pas plus pour ne pas gâcher la surprise finale. D’autant que les traits de Sokie, la dessinatrice, savent jouer à merveille de cette ambiguïté sans perdre en précision.

Narcisse
Katia Even, Sokie

Editions Tabou (15 euros)

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité