Tonton Netflix n’est pas décidé à baisser ses ambitions : 700 séries pour 2018 !

Binge Watching

Netflix n'est pas avare dès que l'on parle de séries. Le site a tellement de succès que les équipes comptent mettre les bouchées doubles pour faire plaisir aux abonnés (et en récolter les bénéfices financiers, inutile d'être devin pour y songer). Lorsque l'on vous dit que les dirigeants ne font pas les choses à moitié, c'est le cas de le dire, puisqu'ils comptent lancer 700 séries pour 2018. 2018 sera l'année du binge watching* ou ne sera pas !

*Binge watching : Le binge-watchingbinge-viewing, rush hour ou marathon-viewing, (« visionnage boulimique » selon la Commission générale de terminologie et de néologie) également appelé gavage télévisuel ou visionnage en rafale, visionnement en rafale, écoute en rafale en français est la pratique qui consiste à regarder la télévision ou tout autre écran pendant de plus longues périodes de temps que d’habitude, le plus souvent en visionnant à la suite les épisodes d’une même série – Wiki.

Avec le lancement du service de streaming de Disney en 2019 et avec de grandes marques comme Marvel et Star Wars, ainsi que l’acquisition de Fox par Disney, il ne fait aucun doute que cela va inquiéter les services de streaming existants tels que Netflix. La guerre est somme toute déclarée !

Le directeur financier de Netflix, David Wells, a confirmé que la société investirait plus de 8 milliards de dollars en contenus originaux cette année, films ou séries. Quant à savoir d’où il tirera ses trésors… il déclare “Nous voulons avoir le meilleur contenu. Nous ne devons pas nécessairement le faire nous-mêmes. Les gens ne se soucient pas d’où viennent les histoires”. Tout le monde ne sera pas de cet avis… C’est selon. 

A titre de comparaison, YouTube compte investir quelques centaines de millions en contenus propres, ce qui représente un contraste saisissant. Reste à voir si la stratégie de Netflix sera payante et surtout, si les émissions seront assez qualitatives… Si vous cherchez à devenir acteur, au moins, il devrait y avoir du boulot dans le domaine pour les années à venir… “Etre ou ne pas être, telle est la question !”

 

Tags :Sources :variety
  1. Bonjour, merci pour votre article. Je me permets juste d’apporter une précision. Il convient en effet désormais de parler de Commission d’enrichissement de la langue française, et non de Commission générale de terminologie et de néologie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité