Les éditeurs de jeu vidéo font front contre le trouble du jeu vidéo de l’OMS

jeu vidéo

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a récemment pris la décision de classer l'addiction au jeu vidéo comme maladie. Une décision qui, vous pouvez l'imaginer sans mal, est loin de plaire aux grands éditeurs de jeux vidéo du monde entier.

Le “trouble du jeu vidéo”, comme il a été baptisé, est une pathologie caractérisée par un comportement anormal lié à ce divertissement, le jeu prenant toujours davantage de place dans la vie de l’individu. Selon l’OMS, avant d’être diagnostiqué comme souffrant de ce trouble, il faudra montrer une addiction anormale au jeu pendant une durée minimale d’un an.

Le communiqué de la Fédération européenne des éditeurs de jeu vidéo est explicite : “L’opposition mondiale à la classification controversée et non démontrée de l’OMS du ‘trouble du jeu vidéo’ continue de s’étendre. […] Le processus de l’OMS manque de transparence et de soutien scientifique objectif. Nous insistons sur la nécessité d’y mettre fin.” Et cet appel rassemble aussi des représentants aux États-Unis, au Brésil, en Afrique du Sud, en Corée du Sud, en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Selon la Fédération, et d’après un article à paraître ce mois-ci dans la revue scientifique Journal of Behavioral Addictions (intitulée “une base scientifique faible pour le trouble du jeu vidéo: restons du côté de la prudence”), 36 chercheurs remettent en cause cette décision de l’OMS.

Une chose est sûre, et c’est l’organisation mondiale de la santé qui le disait en Janvier dernier, “le trouble du jeu vidéo est un concept relativement nouveau et les données épidémiologiques dans la population n’ont pas encore été rassemblées [mais] les experts de la santé sont d’accord pour dire qu’il y a un problème“. Intégrer le trouble du jeu vidéo dans la Classification internationale des maladies (CIM) est la prochaine étape.

Tags :Via :Sciences et Avenir
  1. C’est un média pas une drogue, on va pas considérer les amateurs de séries comme drogués seulement parce que t’en as certains qui se matent le catalogue netflix dans la semaine…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité